Des Américains s’inspirent du Circuit du paysan

Marc-André Couillard marc-andre.couillard@tc.tc
Publié le 24 août 2016

Jay White, Michel Charbonneau, Gilles Bigras et Paul Viau, lors de la visite d'Américains qui souhaitent développer leurs propres circuits en s'inspirant du Circuit du paysan

©TC Media - Marc-André Couillard

TOURISME - Une vingtaine de producteurs et d'élus du nord de l'État de New York ont visité des commerçants du Circuit du paysan, vendredi. L'objectif du groupe: développer ses propres circuits gastronomiques en se basant sur le modèle montérégien.

L'initiateur de ce projet est Jay White, un vigneron qui est aussi le président du conseil d'administration de la Cornell University Cooperative Extension dans le comté d'Essex. Il s'agit en quelque sorte d'une école d'agriculture associée à cette université.

«Nous sommes venus ici pour apprendre sur ce que vous faites, explique M. White. Tout ce qu'on a vu est incroyablement positif, sans parler de la façon dont le CLD commercialise le Circuit du paysan grâce à sa carte interactive. De plus, on sent qu'il y a un esprit de collaboration entre les commerçants.»

Le directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville Michel Charbonneau se réjouit de cet intérêt des Américains pour cet outil créé par le CLD. «Nous avons fait une présentation au Paul Smith's College, à Lake Placid, en juin, dit-il. Nous les avions aussi rencontrés en 2002 et en 2004, à leur demande. Ils sont très intéressés par l'innovation que le Circuit du paysan apporte depuis près de 20 ans. Ils veulent nous prendre comme modèle pour savoir comment on monte un circuit de qualité ou encore comment on recrute des commerçants qui respectent notre charte de qualité.»

Circuits américains

En janvier, M. White a commencé à discuter avec différents producteurs américains autour de cette idée de développer des circuits agrotouristiques qui regroupent des producteurs de fromages, de fruits et de légumes, des vignerons, des microbrasseries et des restaurateurs qui mettent en valeur ces produits locaux. Un journal local s'est intéressé à cette initiative, puis des médias plus importants et des stations de télévision.

M. White a poursuivi cette conversation avec des producteurs des comtés voisins de Clinton et de Franklin, qui partagent une frontière avec le Québec. «Des consultations publiques se sont tenues dans plusieurs comtés et tous les producteurs étaient enthousiastes, précise M. White. La plupart ont signé des lettres d'appui à cette démarche.»

Le projet s'est concrétisé et un groupe d'environ 150 producteurs ont formé six circuits, soit deux dans chacun des comtés trois comtés que sont Essex, Clinton et Franklin. Toutes les demandes d'autorisation ont été acheminées à l'État de New York et le groupe espère pouvoir démarrer dès l'été 2017.

Futur

M. White souhaite que les circuits américains soient reliés au Circuit du paysan, une fois qu’ils seront bien établis. Selon lui, cela pourrait se faire dans un horizon de cinq ans.

Selon M. White, les Canadiens ne constituent que 5% des touristes qui visitent la région des Adirondacks. Il souhaite que cette proportion augmente. «L'idée sera d'amener davantage de clients au Canada et vice-versa, affirme-t-il. Ces circuits agrotouristiques vont donner une raison de plus aux gens de venir dans le Nord-Est de l'État de New York. Nous savons que les gens qui voyagent veulent des services de qualité comme de belles chambres d'hôtel et ils sont prêts à dépenser jusqu'au tiers de leur budget dans la nourriture.»

M. Charbonneau y voit une opportunité d'élargir le marché et d'attirer une nouvelle clientèle. «Chaque année, environ 50 000 visiteurs passent dans la région à cause du Circuit du paysan, explique-t-il. On n'a pas de lac ici ni de montagne. On doit trouver des façons d'attirer les gens comme les motocyclistes ou les cyclistes. Ces nouveaux circuits constituent un beau terrain de développement en agrotourisme. Le territoire visé fait environ 300 km jusqu'à Albany.»