Sections

Trois héros seront récompensés

Sauvetage lors d'un incendie


Publié le 11 août 2017

Un immeuble de deux étages de 13 logements a été la proie des flammes à Saint-Rémi, dans la nuit du 17 juin 2017.

©TC Media - Hélène Gingras

La Ville de Saint-Rémi soumettra la candidature d’Alexandre Beaudoin Vachon, Pier-Luc Sirois et Sébastien Tousignant au prix du gouverneur général du Canada pour acte de bravoure. Grâce à ces citoyens, l’homme qui résidait dans le logement où un incendie s’est déclaré, le 17 juin, a la vie sauve.

«Je lui en dois une maudite à Tousignant! S’il n’avait pas été là, je serais mort», affirme reconnaissant Jean-Pierre Banville. 

Sébastien, c’est un gars avec des couilles. Il m’a sauvé la vie!

Jean-Pierre Banville, résident de Saint-Rémi

Quelques heures après le drame, Le Coup d’Oeil rapportait que des patrouilleurs de la Sûreté du Québec (SQ) avaient évacué des résidents d’un immeuble de la rue Perras après avoir vu de la fumée s’en échapper.

Ce que le Journal ignorait et qu’il a été possible de valider grâce à la vidéo d’une caméra de surveillance du bar situé en face, c’est qu’un citoyen et deux pompiers en civil sont également intervenus pour sortir un homme de son logement.

«J’étais au bar et quand j’ai vu le feu, j’ai traversé parce que je savais que mon ami Jean-Pierre était là, raconte Sébastien Tousignant. Quand je suis arrivé, la police sortait tous les autres de l’immeuble, mais pas lui parce que sa porte était trop chaude.»

Sans masque à oxygène, les agents ne pouvaient pas entrer dans l’appartement où les flammes faisaient rage. Ils attendaient les pompiers.

De son côté, Alexandre Beaudoin Vachon a bien tenté d’entrer, mais sans succès.

«Les flammes sortaient déjà des craques de la porte, donc je l’ai brisée, mais j’ai constaté qu'il était beaucoup trop dangereux de s'y aventurer, raconte le pompier de Saint-Urbain-Premier qui était en civil. Je me suis alors dirigé à l’arrière du bâtiment.»

Sauvetage

Sachant son ami en danger, M. Tousignant a pris les devants. Il a récupéré son masque de peintre qui se trouvait dans sa voiture.

M. Banville, qui dormait, se souvient avoir entendu son ami crier, mais il est tombé rapidement inconscient.

«Il y avait de la boucane en maudit et de la suie dans les poumons, ça paralyse», indique le rescapé.

«Je me suis dirigé vers la porte-patio et je suis entré à tâtons, ajoute le bon Samaritain. Je n’aurais pas pu être là longtemps à cause de la fumée, mais en même temps, j’étais sur l’adrénaline.»

Lorsqu’il a senti la jambe de Jean-Pierre Banville, M. Tousignant l’a pris et s’est dirigé vers la sortie.

Au même moment, Alexandre Beaudoin Vachon est entré dans l’appartement et a aidé les deux hommes à sortir.

Pier-Luc Sirois, pompier de Saint-Édouard également en civil, a pris en charge la victime jusqu’à l’arrivée des premiers répondants. Celui-ci avait auparavant aidé les policiers à évacuer d’autres occupants de l’immeuble.

Reconnaissance

Lorsque la Ville de Saint-Rémi a fait savoir qu’elle souhaitait décorer les deux pompiers, des voix se sont élevées pour faire reconnaître l’implication de Sébastien Tousignant.

«Nous n’étions pas au courant, mais maintenant que nous sommes au fait de la situation, il nous fera plaisir de soumettre la candidature de ce citoyen pour acte de bravoure lors de la prochaine séance de conseil», assure Cynthia Ménard, directrice des communications à la Ville de Saint-Rémi.

Nicole Giroux, copropriétaire du bar Boston, est soulagée de la tournure des événements.

«Je suis super contente pour Sébastien. C’est très courageux ce qu’il a fait et il méritait qu’on le souligne», a-t-elle conclu.