Sections

Steven Maigar condamné à 39 mois de prison


Publié le 8 octobre 2017

Maigar louait un garage dans lequel 250 plants et des boutures de cannabis ont été trouvés par les policiers, à Lacolle.

©gracieuseté

JUSTICE - Steven Maigar, 37 ans, est condamné à 39 mois de prison pour une série d'infractions, dont la production de cannabis et un délit de fuite.

Il est incarcéré préventivement depuis près de deux ans. Le tribunal lui a crédité du temps, de sorte qu'il ne lui reste plus que 125 jours à purger.

Il a reconnu sa culpabilité à une accusation de culture de cannabis, le 22 septembre. Le 7 décembre 2014, un incendie avait éclaté dans un garage, sur la route 221, à Lacolle. En intervenant, les pompiers avaient découvert une production de cannabis. Maigar avait indiqué qu'il louait le garage dans lequel 250 plants et des boutures ont été trouvés.

Délit de fuite

Il a admis aussi sa culpabilité à une accusation de délit de fuite et d'entrave au travail des policiers, à la suite d'un incident survenu le 11 octobre 2015. À l'origine, il avait été accusé de conduite dangereuse.

En patrouille dans le village de Hemmingford, à 2 heures du matin, les agents de la SQ avaient aperçu un Jeep suspect avec deux hommes à bord. Le véhicule avait accéléré. Une poursuite avait eu lieu dans les rues de la municipalité.

Avec la police à leurs trousses, les deux individus s'étaient retrouvés dans un ravin, sur le chemin Moore. Ils avaient fui malgré l'ordre des policiers de s'immobiliser. Six heures plus tard, ils avaient été retrouvés dans les bois.

L'examen du véhicule avait amené les policiers à soupçonner l'implication de Steven Maigar. Grâce à la géolocalisation de son téléphone cellulaire, les deux individus avaient été repérés près du chemin Fischer.

Découverte

Dans le véhicule, une petite quantité de poudre de méthamphétamine et trois pilules de la même drogue avaient été saisies. Maigar en a reconnu la possession tout comme celle d'une arme dans un dessein dangereux. Il s'agissait d'une arme à impulsion électrique. Maigar se voit interdire la possession d'armes pour le reste de ses jours.

Il a aussi admis sa culpabilité à une accusation de possession d'outils de cambriolage, en août 2015.