Sections

Début du procès de la douanière McClelland


Publié le 10 mai 2017

©TC Media - Archives

Un jury composé de sept femme et cinq hommes entend le procès de la douanière Stéfanie McClelland, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu.

La femme de 40 ans est accusée de contrebande, d'importation de 182 kg de cocaïne et d'abus de confiance.

Les événements remontent au 2 décembre 2014 alors qu'à 14 heures, l'accusée prend son service à la guérite Nexus, au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Près de sept minutes plus tard, une BMW noire se présente à la guérite de la douanière. À son bord, s'y trouvent Gregory Singh et Ariane Desgroseillers-Lafrance qui ne sont pas membres de Nexus et sont suspectés de faire de la contrebande, en vertu d'un avis de guet émis le mois précédent.

Après le passage des suspects aux douanes, Guylaine Cormier, une policière de la GRC, prend en filature leur voiture louée qu'elle intercepte quelques kilomètres plus loin, sur l'autoroute 15.

Une quantité de 182 kg de cocaïne sont saisis dans le véhicule. La valeur de la drogue se situe entre 6 et 10 millions de dollars.

Les deux occupants de la voiture sont arrêtés. Quant à la douanière McClelland, elle est mise en état d'arrestation sur les lieux de son travail quelques minutes plus tard.

Le procès se poursuit aujourd'hui.

Avis de guet

Éric Martineau, agent de renseignement pour l'Agence des services frontaliers du Canada, a été le premier témoin appelé par le ministère public. Interrogé par Me Martin Sauvageau, procureur de la poursuite fédérale, il a indiqué avoir inscrit un avis de guet dans le système informatique des douanes, à la demande de la GRC.

Sur l'avis de guet apparaissaient le numéro de plaque de la BMW et le nom de Singh comme étant un sujet d'intérêt pour la police. Quatre jours plus tard, la GRC lui a demandé d'ajouter le nom de Desgroseillers-Lafrance qui devait voyager avec Singh. Les deux individus étaient suspectés de faire de la contrebande, a dit l'agent de renseignement.

M. Martineau a indiqué que l'avis de guet signifiait qu'on voulait que le véhicule soit examiné. «Ça veut dire que les gens sont d'intérêt et doivent être référés pour une fouille», a-t-il expliqué lors du contre-interrogatoire mené par Me Freund, un des avocats de l'accusé.

Vidéos

Le jury a regardé mercredi matin les enregistrements vidéo des caméras de surveillance au poste frontalier. On y voit le passage de la BMW noire à la guérite Nexus.

Claude Archambault, de la GRC, est l'enquêteur principal au dossier qui a été baptisé projet Carrière. Avec un collègue, il a reconstitué l'arrivée de la BMW à la frontière. Cette reconstitution a été filmée tant à partir du point de vue qu'avait le conducteur de la BMW que de celui de l'agent des douanes dans la guérite Nexus.

Mercredi avant-midi, le jury a visionné cette vidéo qui montre comment le conducteur de la BMW a changé de voie à la dernière minute pour se présenter à la guérite Nexus afin d'entrer au Canada.

En contre-interrogatoire, la défense a questionné l'enquêteur sur un individu dénommé Sony Dhingra, un autre sujet d'intérêt pour la police. L'année précédente, cet homme avait été arrêté par la police de Montréal dans une saisie de 93 kg de cocaïne et de 15 kg de crystal meth. Dhingra aurait traversé une vingtaine de fois la frontière en 2013 et, de dix à quinze reprises, il l'aurait fait à la guérite où l'accusée Mc Clelland était en devoir.

Défense

La défense a aussi questionné le gendarme Archambault sur les résultats des perquisitions menées à la suite de l'arrestation de l'accusée. La perquisition de sa résidence et de son auto n'a rien donné. L'examen de ses comptes bancaires n'a montré rien d'anormal et elle n'a pas effectué de voyages à l'étranger.

Deux téléphones cellulaires ont été saisis sur la douanière lors de son arrestation. Aucun des deux appareils ne permettait d'envoyer des messages cryptés.