Antoine Bertrand dans la peau de Louis Cyr

Antoine Bertrand dans la peau de Louis Cyr

Alors que Saint-Cyprien-de-Napierville vient de célébrer l’homme fort du village, le film Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde fera sa sortie sur grand écran le 12 juillet. Le Coup d’œil s’est entretenu avec Antoine Bertrand, qui personnifiera le colosse au cinéma, et Christian Larouche, producteur du long métrage.

Antoine Bertrand confie qu’il a auditionné pour ce rôle il y a 8 ans, alors que le projet était de faire une série télé sur la vie de Louis Cyr.  «C’est sûr que ça prenait quelqu’un avec une stature, mais je lui ressemblais aussi.  C’était assez clair, quand je regardais des photos.»

Le long métrage débute lorsque Louis Cyr est âgé de 18 et retrace les faits marquants de sa vie, jusqu’à sa mort.  «Ça nous permet de rendre compte de tous les aspects de sa vie et de sa personnalité, explique M. Bertrand.  Il avait un côté ambitieux et entrepreneur.  Il était money maker, mais il avait aussi un côté peut-être moins connu, un côté plus ténébreux.  Il ne voulait pas être considéré comme une bête de foire.»

 

Antoine Bertrand connaissait peu Louis Cyr avant de s’attaquer au personnage. Lui et son équipe ont consulté beaucoup d’archives lors de la préparation du film. «On est même allés à Lowell dans le Massachusetts, là où Louis Cyr est allé travailler avec sa famille, dans le coton, afin de consulter les archives locales.  On a aussi fait beaucoup d’autres recherches pour tout voir ce qui était possible, sur la vie de Louis Cyr, dont la biographie de Paul Ohl.»

Incarner une machine à forcer

Antoine Bertrand voulait ce rôle parce que le personnage de Louis Cyr le fascinait.  «Je ne dirais pas qu’il y a des ressemblances entre sa personnalité et la mienne.  J’éprouve plutôt une fascination.  La force, c’est quelque chose qui m’habite depuis longtemps.  J’avais vraiment envie de le faire.  J’étais excité comme un gamin qui joue à Superman.  C’est une chance de pouvoir jouer ce personnage.  C’est une vie rocambolesque et je suis privilégié.»

Bien que M. Bertrand n’ait jamais participé lui-même à des compétitions de force, il a tout de même été en contact avec cet univers étant jeune.  «Mon père, qui s’entraînait beaucoup, nous emmenait en voir quand j’étais plus jeune.  Pour ma part, j’ai toujours tiré au poignet.  Ça me donnait confiance.  J’ai toujours eu de bonnes qualités de force», confie-t-il.

Ses qualités de force ne suffisaient cependant pas pour rendre crédible sa performance en tant que Louis Cyr.  M. Bertrand s’est donc entraîné pendant plusieurs mois avant le tournage afin de raffermir ses muscles.  «Je devais être en forme parce que c’était un tournage très exigeant.  Louis Cyr, c’était une machine à forcer.  Moi, je n’avais pas l’air de pouvoir soulever des affaires bien pesantes.  Faire semblant de forcer, ça paraît tout le temps, alors pendant le tournage, je devais soulever des poids avec mes charges maximales à moi pour que ce soit crédible.  Je me suis entraîné pendant 9 mois, 4 fois par semaine.  J’ai fait du culturisme, j’ai perdu du poids et j’ai aussi fait des entraînements d’homme fort.  Après ça, tu pouvais croire que je pouvais soulever des charges surhumaines», explique M. Bertrand.

Coup d’oeil vous suggère de lire aussi l’article 5 questions au producteur Christiane Larouche

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires