La fin pour l’église méthodiste d’Henrysburg

La fin pour l’église méthodiste d’Henrysburg
Mme Barbe Wolker veut construire une reproduction miniature de son église avec des briques qui seront récupérées lors de la démolition.

Patrimoine – Faute de moyens pour la rénover, une église méthodiste construite en 1861, située à quelques mètres de l’autoroute 15 sud, à Saint-Bernard-de-Lacolle, sera démolie avant l’hiver.  C’est la condition imposée par l’Église unie de Lacolle pour qu’elle reprenne en charge le cimetière qui se trouve à l’arrière de l’église et le restaurer.

Abandonnée depuis plus de 30 ans, cette église subira le même sort que plusieurs autres joyaux historiques au Québec.  La propriétaire de l’église située au 136, montée Henrysburg, Susan Barbe Wolker, y a été baptisée, confirmée, puis s’y est mariée en 1971.  Elle sera même enterrée dans le cimetière adjacent.  «Elle a été construite par les agriculteurs de la région, les Hadley, Paine et Cockerline.  Ce sont mes grands-parents», explique Mme Barbe Wolker.

Au fil des ans, cette église a été désertée par la communauté.  «On l’avait fermée parce qu’il ne restait pas de monde et le pasteur ne voulait pas faire trois cultes, souligne Mme Barbe Wolker.  Les gens vont à Lacolle ou à Hemmingford.»

Fermée en 1975, l’église a été vendue à une Église évangélique de Montréal qui s’en est départie à son tour en 1990.  Mme Barbe Wolker en a alors fait l’acquisition pour un dollar symbolique.  «On avait essayé d’en faire une chapelle, mais ça nous coûtait trop cher», dit-elle.  La dernière messe y a été célébrée au milieu des années 1980.

Vandalisme

Au fil du temps, de nombreux vandales se sont introduits dans l’église et l’ont saccagée.  Les vitraux ont été brisés et des passants ont même brûlé tous les bancs pour se chauffer, raconte Mme Barbe Wolker.  Le cimetière n’a d’ailleurs pas été épargné.  Plusieurs pierres tombales ont été brisées en deux ou ont été renversées. 

Maintenant que la décision est prise de la démolir, il ne reste plus qu’à solliciter des entrepreneurs pour le faire.  Le fils de Mme Barbe Wolker avait commencé à arracher le plancher, mais devant l’ampleur de la tâche, ils ont convenu de faire appel à en entrepreneur pour la suite des travaux de démolition.

Pas à vendre

Mme Barbe Wolker a reçu plusieurs offres d’achat pour son église, mais elle les a toutes refusées.  «On a eu des offres, même dernièrement, pour en faire une galerie d’art, un musée, une maison, mais j’ai toujours eu peur qu’une personne ne veuille en faire une maison, par exemple, et qu’après elle s’ennuie de Montréal et qu’elle la vende à un groupe qui en ferait un bar ou quelque chose comme ça», explique-t-elle.

La démolition de l’église a été un choix difficile à faire, convient Mme Barbe Wolker.  «Je n’avais à peu près pas le choix.  L’Église unie de Lacolle ne veut pas prendre la responsabilité du cimetière si l’église n’est pas démolie, explique-t-elle.  Je veux que ce soit fait pour réparer les pierres tombales.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires