Commission scolaire des Hautes-Rivières: les commissaires votent les grilles horaire et matières

Par Louise Bedard
Commission scolaire des Hautes-Rivières: les commissaires votent les grilles horaire et matières
Plusieurs dizaines de personnes n'ont pu prendre place dans la salle et ont manifesté à l'extérieur.

ÉDUCATION – Le conseil des commissaires de la Commission scolaire des Hautes-Rivières a voté à l’unanimité et sans débat, le 28 mars, la grille horaire de 20 écoles primaires et la grille du temps alloué aux matières de 17 écoles primaires, en lieu et place des conseils d’établissement.

Un différend entre les autorités scolaires et les enseignants sur les changements apportés à l’organisation scolaire de la prochaine année a fait en sorte que plusieurs conseils d’établissement n’ont pas approuvé le projet de grilles soumis par la direction de leur école.

La présidente du conseil scolaire, Andrée Bouchard, dénonce l’intimidation dont auraient été victimes des parents siégeant dans des conseils d’établissement.

Mécontentement

Plusieurs dizaines d’enseignants et de parents voulaient assister à la séance publique du conseil scolaire. Seulement une poignée a pu y avoir accès. La plupart des places disponibles dans la salle étaient déjà occupées par des directeurs d’école avant que le public ne soit autorisé à y entrer.  

Par ailleurs, la séance du conseil était filmée par la Commission scolaire. Mme Bouchard en a averti l’assistance après avoir qualifié l’assemblée d’historique.

La présidente du Syndicat de l’enseignement du Haut-Richelieu (SEHR), Jacinthe Côté, a qualifié plutôt la séance de triste moment pour la démocratie scolaire. Elle a reproché à la Commission scolaire d’avoir bourré la salle de directions d’école.

La présidente du syndicat a émis l’opinion qu’un mur est en train de se créer entre les dirigeants de la Commission scolaire et les parents.

Écoles

Depuis novembre, un bras de fer est engagé entre les enseignants, leur syndicat et les autorités scolaires. La Commission scolaire fait valoir que les changements permettront d’assurer une meilleure réussite des élèves. Le SEHR soutient que la qualité d’enseignement des spécialités (arts, musique, éducation physique, anglais) sera affectée.

La présidente du conseil scolaire, Andrée Bouchard, a parlé d’une «résistance inexplicable qui ralentit l’amélioration des conditions de réussite des élèves».

Mme Bouchard juge que la Commission scolaire doit prendre toutes les dispositions pour faire cesser de tels comportements.

Le commissaire parent Olivier Demers-Payette a regretté que les parents soient pris entre l’arbre et l’écorce dans ce débat. Il estime qu’ils n’ont pas à subir de telles pressions.

Les changements en quelques mots
– L’horaire actuel est basé sur un cycle de six jours comprenant six périodes de 50 minutes. Il passera à un cycle de dix jours avec cinq périodes de 60 minutes.
– Les changements font en sorte que le temps d’enseignement des matières dites de spécialités prises en charge par les spécialistes sera réduit. Les élèves ne bénéficieront toutefois pas de moins d’heures pour ces matières, assure la Commission scolaire.
– L’enjeu financier est de plus d’un million de dollars et touche aussi le nombre de postes d’enseignants alloués à chacune des écoles.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des