Les magasins Marcil deviennent des RONA

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Les magasins Marcil deviennent des RONA
En 2015, le magasin RONA de Napierville avait adopté l'enseigne Marcil. Il redeviendra un RONA à compte de la fin février. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

ENTREPRISE – Les 17 magasins Marcil du Québec, dont ceux de Sainte-Clotilde, de Saint-Rémi et de Napierville, changeront leur bannière pour afficher celle de Rona, à compter du 26 février.

C’est ce qu’a annoncé le géant américain Lowe’s, le 9 janvier. Outre RONA et Marcil, cette entreprise est aussi propriétaire de diverses bannières, comme Réno-Dépôt et Ace.

Lowe’s veut faire de RONA l’enseigne numéro un dans le marché des centres de matériaux de construction et de rénovation de petites et moyennes surfaces, aussi appelés des «magasins de proximité».

«RONA et Marcil occupent le même segment de marché, possèdent des emplacements complémentaires et comptent tous deux une importante clientèle d’entrepreneurs et de professionnels du secteur de la construction et de la rénovation, explique Serge Éthier, vice-président exécutif de RONA Proximité. Il était donc naturel de combiner les forces de ces deux enseignes.»

Nouveautés

À compter de la fin février, les consommateurs auront accès à deux fois plus de produits, passant d’environ 20 000 chez Marcil à plus de 40 000 dans les magasins RONA et en ligne sur le site Internet rona.ca.

De nouvelles catégories de produits feront leur entrée, comme des électroménagers et le département de produits saisonniers sera agrandi. De nouvelles marques de produits seront aussi offertes, comme Makita, Craftsman et Kohler.

Enfin, le nouveau site Internet permettra aux clients de consulter le catalogue de produits en ligne, de vérifier l’inventaire en magasin, de commander des produits en ligne et de la ramasser en magasin ou de se les faire livrer.

«Nous espérons que l’impact de la conversion de Marcil à RONA soit positif dans les plus petites municipalités, explique la porte-parole de Lowe’s, Valérie Gonzalo. Cette décision n’a pas d’impact sur les emplois, ajoute-t-elle. La plupart des changements demeurent au chapitre des opérations.»

Avec la collaboration de Charles Poulin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des