Le premier ministre Philippe Couillard de passage dans Huntingdon

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Le premier ministre Philippe Couillard de passage dans Huntingdon
Le premier ministre Philippe Couillard et un travailleur lors de sa visite chez Aérospatiale Hemmingford, le 22 mars. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

ACTUALITÉ – Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était de passage dans la circonscription de Huntingdon, les 21 et 22 mars, dans le cadre d’une tournée des régions, en vue de l’élection générale qui aura lieu en 2018.

Après s’être arrêté au vignoble Domaine St-Jacques, à Saint-Jacques-le-Mineur, le 21 mars, M. Couillard a visité l’entreprise Aérospatiale Hemmingford, à Hemmingford, le 22 mars, en compagnie du député de Huntingdon, Stéphane Billette.

Le premier ministre a visité les installations et il est allé à la rencontre des travailleurs.

«Depuis 2014, je fais la tournée des régions sans interruption pour aller à la rencontre d’organismes, d’institutions et d’entreprises, pour prendre connaissance des enjeux régionaux, précise M. Couillard. Il y a des enjeux de pénurie de main-d’œuvre, comme ici, ils ont besoin de dix machinistes.»

Jean-François Garand, d’Aérospatiale Hemmingford, Paul Viau, maire du canton de Hemmingford, Stéphane Billette, député de Huntingdon, Philippe Couillard, premier ministre du Québec, Dawn-Mary Turner, Steve Gabias, Christian Desrosiers, Gabriel Lemay et Christopher Hill, tous d’Aérospatiale Hemmingford.

Autres enjeux

Coup d’œil a profité du passage de M. Couillard pour lui poser quelques questions sur différents enjeux locaux.

Au sujet de l’arrivée de nombreux demandeurs d’asile qui franchissent la frontière de façon irrégulière, sur le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, M. Couillard a indiqué que le gouvernement fédéral devait augmenter la cadence d’émission de permis de travail pour ces personnes.

En ce qui concerne l’éventuelle intégration de ces personnes qui vont demeurer au Québec, M. assure que l’enveloppe de 100 M$ sur cinq ans, annoncée en 2017, suffirait pour leur offrir des services de francisation. Bien que ces demandeurs d’asile soient nombreux, seuls 10 % d’entre eux ont été acceptés jusqu’à maintenant, rappelle M. Couillard.

Pour ce qui est des dossiers agricoles, M. Couillard a mentionné qu’il fallait attendre le budget, qui devait être présenté le 27 mars.

Enfin, sur la question du projet éolien à Saint-Cyprien-de-Napierville, M. Couillard est resté évasif, mais il a suggéré qu’il pourrait y avoir une annonce prochainement. «Le BAPE a montré qu’il n’y avait pas d’acceptabilité sociale», a-t-il convenu. Il a laissé entendre qu’un projet éolien pourrait voir le jour dans la région, sans préciser l’endroit ni si un tel projet serait mené par le même promoteur, Énergies durables Kahnawake.

M. Couillard a conclu l’entrevue en affirmant que les priorités du Parti libéral du Québec étaient les finances publiques, l’éducation, l’économie, la santé et la pénurie de main-d’œuvre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des