Pôle d’excellence en lutte intégrée: une visite sur le terrain pour présenter des moyens de réduire les pesticides

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Pôle d’excellence en lutte intégrée: une visite sur le terrain pour présenter des moyens de réduire les pesticides
À droite, Marielle Farley, co-ropriétaire du Potager Mont-Rouge, à Rougement, présentant l'utilisation des trichogrammes dans la culture du maïs sucré. (Photo : gracieuseté)

AGRICULTURE – Une cinquantaine d’agriculteurs, de conseillers en agro-environnement et d’étudiants se sont réunis, le 24 juillet, à l’occasion d’une Journée terrain en lutte intégrée, afin d’en apprendre davantage sur les innovations qui peuvent être utilisées pour réduire l’utilisation des pesticides en agriculture.  

Cette journée était organisée par l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) et le Pôle d’excellence en lutte intégrée (PELI), qui est basé au Centre local de développement des Jardins-de-Napierville, à Napierville. Le rôle du PELI est de diffuser de l’information et de faire connaître les méthodes alternatives à l’usage des pesticides, dont plusieurs sont utilisées par les agriculteurs de la région.

Dans un premier temps, les participants se sont arrêtés dans les bureaux de l’IRDA, à Saint-Bruno, où ils ont pris connaissance des projets de recherche en cours, présentés par les chercheurs qui y travaillent. Les scientifiques ont présenté des techniques comme la lutte contre la teigne du poireau à l’aide de trichogrammes, la femelle de ces guêpes minuscules pond ses œufs à l’intérieur de ceux de la teigne, et les détruit. Il a aussi été question de la gestion de l’irrigation et de l’usage de cultures intercalaires de légumineuses. Cette pratique consiste à faire pousser une espèce végétale destinée à améliorer la qualité du sol, dans le même champ et en même temps que la culture principale.

Le groupe s’est ensuite dirigé au Potager Mont-Rouge Halte gourmande, à Rougemont. La co-propriétaire des lieux, Marielle Farley, a présenté quelques-unes des techniques qu’elle utilise pour réduire son utilisation des pesticides, dont les filets anti-insectes, les trichogrammes dans la culture du maïs sucré, l’utilisation du paillis de seigle dans la culture des courges et la culture intercalaire d’ivraie dans ses plantations de légumes, comme les tomates, les poivrons et les aubergines.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des