Candidat du PQ dans Iberville: Nicolas Dionne présente ses engagements

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Candidat du PQ dans Iberville: Nicolas Dionne présente ses engagements
Âgé de 43 ans, Nicolas Dionne est père de cinq enfants. Anciennement propriétaire d'une PME, il détient une maîtrise en droit social et du travail et un baccalauréat en gestion. (Photo : gracieuseté)

ÉLECTIONS – Le candidat du Parti Québécois (PQ) dans la circonscription d’Iberville, qui comprend Noyan et Clarenceville, Nicolas Dionne, s’engage notamment à soutenir les entrepreneurs, les écoles et les agriculteurs.

Si son parti forme le prochain gouvernement, M. Dionne s’engage à faciliter la vie des entrepreneurs, notamment en réduisant la paperasse et en diminuant le fardeau réglementaire. Il entend aussi mettre sur pied une assurance collective et un régime de retraite pour les travailleurs autonomes.

M. Dionne veut aussi favoriser l’achat local en imposant la taxe de vente sur les produits provenant de sites Internet comme Amazon et eBay.

«Il faut faire cesser cette concurrence déloyale qui pénalise nos propres producteurs et entrepreneurs», dit-il.

Écoles

Nicolas Dionne veut faire de l’éducation «LA priorité nationale». Son parti entend construire des écoles, offrir un service de dîner à l’école au coût de 1 $ à 5 $, et bonifier les montants accordés pour améliorer les cours d’école.

«Au Québec, nous avons fait le choix de l’éducation publique, afin que des jeunes de tous les milieux se côtoient, ce qui crée les assises d’une société solidaire et égalitaire, rappelle M. Dionne. Afin que notre système public soit performant et attrayant, les ressources doivent être au rendez-vous, ce qui n’a manifestement pas été le cas dans les dernières années. Nos enseignants sont à bout de souffle, et notre réseau d’infrastructures scolaires doit être rénové.»

Sa formation politique entend favoriser la valorisation du travail des enseignants et aussi à bonifier l’accessibilité au CPE. «Avec nous, ce sera 8,05 $ pour le premier enfant, 4 $ pour le second, et gratuit pour les suivants», annonce M. Dionne.

Agriculture

Nicolas Dionne s’engage à protéger la gestion de l’offre qui est menacée en raison de la renégociation de l’Accord de libre-échange Nord-Américain, qui est en cours.

«L’abolition de ce système serait une véritable catastrophe pour nos agriculteurs et pour la vitalité de notre région, croit M. Dionne. D’ailleurs, Jean-François Lisée a réussi l’exploit de construire, malgré la campagne électorale en cours, un front commun avec tous les autres partis politiques pour envoyer un message très puissant au gouvernement fédéral, afin qu’il protège la gestion de l’offre dans ses négociations avec les États-Unis.»

Son parti veut rétablir la politique de souveraineté alimentaire et imposer un seuil de 50 % des aliments consommés dans les institutions publiques, qui devront provenir d’agriculteurs québécois.

Pour améliorer la qualité de vie des producteurs agricoles et assurer la relève des fermes familiales, le PQ s’engage à mettre sur pied un fonds de pension pour les agriculteurs.

Enfin, dans le dossier des taxes foncières agricoles, le PQ veut déplafonner le budget du programme de crédit de taxes agricoles jusqu’à ce qu’une entente soit conclue avec les agriculteurs, les municipalités et le gouvernement.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des