Député de Johnson: André Lamontagne nommé ministre de l’Agriculture

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Député de Johnson: André Lamontagne nommé ministre de l’Agriculture
Le député de Johnson, André Lamontagne, est le nouveau ministre québécois de l'Agriculture. (Photo : gracieuseté)

POLITIQUE – Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Johnson, André Lamontagne, a été nommé ministre de l’Agriculture par le chef de sa formation politique, François Legault, le 18 octobre.  

Âgé de 58 ans et natif de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, M. Lamontagne est père de deux enfants. Il a été élu pour la première en 2014 sous la bannière de la CAQ.

Il détient un baccalauréat en administration des affaires et un diplôme de maîtrise en psychologie de l’éducation avec spécialisation en relations humaines. Il a complété une formation en counselling, psychothérapie et analyse transactionnelle et il détient une licence professionnelle de pilote d’hélicoptère depuis 2008.

Avant d’être député, M. Lamontagne a été propriétaire et administrateur d’entreprises de toutes sortes, dont trois supermarchés. Il a aussi été copropriétaire d’un réseau de 20 agences de voyages, copropriétaire d’un journal communautaire, conseiller et coach auprès d’une clientèle issue du milieu des affaires, président et copropriétaire d’une firme-conseil en gestion et propriétaire d’une entreprise spécialisée dans l’achat, la remise à neuf, la revente et la location d’hélicoptères.

Au cours de son premier mandat à titre de député, il a notamment été membre de la Commission de l’économie et du travail et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’économie, d’innovation et d’exportations.

UPA

L’Union des producteurs agricoles (UPA) accueille favorablement la nomination de M. Lamontagne.

«M. Lamontagne représente depuis plusieurs années une circonscription à la croisée de la Montérégie et du Centre-du-Québec, deux régions qui réunissent plus du tiers des entreprises agricoles au Québec, a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau, par voie de communiqué. Il est donc très familier avec les dossiers agricoles. Nous avons hâte de nous mettre à table avec lui pour discuter de nos propositions. Les attentes sont grandes et nous avons beaucoup de pain sur la planche.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des