Lecture: un chien à la bibliothèque de Hemmingford

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Lecture: un chien à la bibliothèque de Hemmingford
La chienne Minnie et la responsable de la bibliothèque de Hemmingford, Céline Daignault. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

ÉDUCATION – Depuis le mois de novembre, la responsable de la bibliothèque de Hemmingford, Céline Daignault, amène sa chienne Minnie avec elle pour faire de la thérapie auprès des enfants. Les petits peuvent lui faire la lecture à voix haute, ce qui contribue à leur donner confiance en eux et à améliorer leur habileté en lecture.  

Minnie est une chienne âgée de cinq ans de la race Cairn Terrier, une race originaire. Mme Daignault aime beaucoup les chiens et en élève plusieurs depuis une dizaine d’années.

«Je suis une fille de chiens, dit-elle. J’en ai six et j’ai du plaisir à travailler avec eux.»

Minnie est accréditée par l’organisme Therapy Dogs International. Mme Daignault et sa chienne ont été longuement formées pour obtenir cette certification.

«C’est un entraînement tous les jours, explique Mme Daignault. On doit suivre cinq groupes de huit semaines de cours, entre l’âge de quatre mois et quatre ans. Il y a un test à passer après chaque session. Son accréditation vient avec une assurance responsabilité de 3 M$. Elle doit être renouvelée tous les ans et le chien doit être examiné par un vétérinaire.»

Cette chienne possède de nombreux talents. Elle est un chien de thérapie, mais elle participe aussi à des compétitions de chiens policiers, de saut d’obstacles et elle fait du ratier, où elle doit trouver un rat caché dans une pièce.

«Minnie est un chien qui a un tempérament exemplaire, précise Mme Daignault. Pour bien travailler, il faut qu’elle aime ça et sa grande qualité, c’est qu’elle aime faire ce qu’on lui demande.»

Le jeune Noah Landry fait la lecture à Minnie.

Bienfaits

Cet entraînement que Minnie a reçu lui permet d’offrir le programme de lecture qui se nomme Tail Waggin’ Tutors. Dans le cadre de ce programme, un enfant choisit un livre et le lit au chien à voix haute.

Les jeunes qui éprouvent de la difficulté à lire développent parfois des problèmes d’estime d’eux-mêmes. Cette technique leur permet donc d’améliorer leurs aptitudes en lecture. Ils s’assoient près du chien et relaxent en le flattant et en se concentrant sur leur lecture.

La science a démontré que lorsqu’une personne flatte un chien, sa pression sanguine baisse. Ça a un effet calmant.

Céline Daignault, responsable de la bibliothèque de Hemmingford

«Certains enfants ont des troubles en lecture et ils sont gênés de lire à voix haute parce qu’ils s’enfargent sur des mots, précise Mme Daignault. Mais un chien, ça ne juge pas. Si l’enfant ne lit pas encore, il peut regarder les images et raconter ce qu’il voit à Minnie.»

Environ cinq enfants ont déjà participé à ce projet qui est ouvert à tous. «Ils adorent ça, lance Mme Daignault. Quand les enfants viennent, je leur donne un petit os en carton et quand ils en ont cinq, Minnie leur donne un livre.»

Mme Daignault a été approchée pour offrir ses services à l’école primaire anglophone de Hemmingford. «La bibliothèque municipale de Napierville a aussi exprimé un intérêt», indique-t-elle.

Informations pratiques

Mme Daignault et sa chienne Minnie sont à la bibliothèque de Hemmingford les samedis, entre 10 h et 12 h.

La bibliothèque est située au 552, rue Goyette, à côté du centre récréatif. Pour obtenir plus d’information, il suffit de communiquer au 450 247-0010.

Minnie, une chienne de cinq ans de la race Cairn Terrier, a été entraînée pour travailler auprès des enfants.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des