Programme ALUS Montérégie: des agriculteurs se partagent près de 45 000 $ pour des initiatives vertes

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Programme ALUS Montérégie: des agriculteurs se partagent près de 45 000 $ pour des initiatives vertes
Sur la photo, on aperçoit Réal Ryan, préfet de la MRC du Haut-Richelieu, Christian Saint-Jacques, de l'UPA de la Montérégie, Bridget Wayland, d'ALUS Canada, Gilles Loiselle, de la Ferme Girolois, à Saint-Brigide-D'Iberville, André Pilon, de la Ferme Iber-Grains, à Saint-Jean-sur-Richelieu, Alain Laplante, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu et Richard Bossinotte, de l'entreprise Soleno. (Photo : gracieuseté)

AGRICULTURE – En 2018, 21 agriculteurs de la Montérégie ont décidé de réaliser des aménagements pour améliorer la qualité de l’environnement. Dans le cadre du programme ALUS Montérégie, ils se partageront 8962 $ pendant les cinq prochaines années, pour compenser les pertes de superficies cultivables.

Ces 21 fermes sont réparties dans huit municipalités régionales de comté (MRC) de la Montérégie, dont celle du Haut-Richelieu. Aucune ferme de la MRC des Jardins-de-Napierville n’a participé à ce programme en 2018. Ce programme est financé par la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie, l’entreprise Soleno et la famille Weston.

«Le programme ALUS, ce n’est pas pour se conformer aux normes environnementales, c’est pour les dépasser, indique Joëlle Jetté, responsable des communications à l’UPA de la Montérégie. Le programme ALUS finance les travaux d’aménagement et les agriculteurs reçoivent une compensation annuelle, pendant cinq ans, à titre de dédommagement pour le terrain qu’ils cèdent à la mise en place de biens et services écologiques.»

Réalisations

Entre les mois de mai et novembre 2018, différents types d’aménagements ont été réalisés sur ces 21 fermes, comme la végétalisation de bandes riveraines pour les pollinisateurs, la plantation de haies brise-vent et de haies arbustives, le reboisement de zones en friche, la création d’un pré fleuri et l’aménagement de deux étangs avec des arbres et des arbustes.

Au total, ces aménagements occupent une superficie de 12,4 hectares. La compensation que chaque agriculteur reçoit est proportionnelle à la superficie qu’il sacrifie pour ces aménagements.

Après les cinq années du programme, les agriculteurs peuvent décider de faire ce qu’ils veulent des superficies qui ont ainsi été aménagées.

«Je me réjouis de voir autant d’agriculteurs de notre région déterminés à mettre en place de nouvelles pratiques vertes, indique Christian Saint-Jacques, président de la Fédération de l’UPA de la Montérégie. ALUS Montérégie est une réelle fierté puisque sa nature novatrice propose une saine gestion de l’environnement et de l’agriculture.»

Mme Jetté rappelle que les agriculteurs de la région sont invités à soumettre leur projet d’aménagement en tout temps. Il n’y a pas de date limite d’inscription. Pour ce faire, il suffit de remplir un formulaire en ligne à l’adresse www.upamonteregie.ca/ALUS.

Impacts

Ces aménagements permettent d’améliorer la qualité de l’environnement de différentes manières. Parmi les impacts mesurés, on note une réduction des odeurs, l’absorption des polluants dans l’air, la réduction des pesticides, des nutriments et des sédiments dans l’eau, de même qu’une meilleure cohabitation entre l’agriculture et la faune.

«Les producteurs voient les bénéfices de leur engagement dans ce programme», précise Mme Jetté.

Depuis 2016, 40 agriculteurs de la Montérégie ont participé au programme ALUS. Leurs aménagements couvrent une superficie totale de 33 hectares.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des