Le Club de golf Hemmingford en faillite

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Le Club de golf Hemmingford en faillite
Le Club de golf Hemmingford pourrait être vendu le 28 janvier, au terme du processus d'appel d'offres public lancé par le syndic de faillite. (Photo : Coup d'œil - Archives)

ACTUALITÉ – Le propriétaire du Club de golf Hemmingford, Denis Menegazzo, a déclaré faillite le 7 janvier. Tous les actifs de l’entreprise seront mis en vente par un syndic de faillite, le 28 janvier.  

C’est une combinaison de facteurs qui ont forcé M. Menegazzo à mettre la clef sous la porte de l’entreprise qu’il avait acquise en 2015, au coût de 1,5 M$.

Dans une entrevue qu’il a accordée au Coup d’œil, M. Menegazzo a pointé du doigt «la mauvaise température», «le vol à l’interne» et «le financement qui n’est pas venu quand il devait venir», pour expliquer sa débâcle.

Il y a quelques mois, on apprenait que le Club de golf était à vendre, mais au moment de déclarer faillite, il n’avait toujours pas trouvé preneur.

«Le monde n’est pas stupide. Sachant que le Club était dans un état précaire, ils attendaient la faillite», pense M. Menegazzo.

Efforts

Pourtant, ce dernier avait acquis le Club de golf avec la ferme intention de lui donner un nouveau souffle. Il a réalisé un important investissement pour moderniser les lieux. En 2016, il avait notamment renouvelé sa flotte de voiturettes électriques au coût de 650 000 $.

En 2017, le Club de golf Hemmingford a même été récompensé lors du Panthéon d’excellence de la Chambre de commerce et d’industrie Royal Roussillon.

«En 2018, c’était la première fois en 11 ans qu’on faisait du profit, mais il est trop tard, se désole M. Menegazzo, qui avait tout misé dans cette aventure. Je fais une faillite personnelle aussi. Je perds ma maison, mes véhicules…»

Dettes

Cette faillite entraîne une dette de plus de 2,3 M$, qui sont dus à 153 créanciers. Ces derniers peuvent déposer une réclamation pour espérer être remboursés lors d’une assemblée qui se tiendra le 28 janvier, dans les bureaux du syndic en insolvabilité Le Groupe Fuller Landau.

Le syndic estime la valeur des actifs du Club de golf Hemmingford à un peu plus de 1,8 M$. La valeur de l’édifice et du terrain est évaluée à 1,2 M$ et celle des machines et de l’outillage à près de 600 000 $. Reste le mobilier et l’équipement de restaurant, estimés à 25 000 $ et l’inventaire, à 9000 $.

La valeur des créances excède donc de plus de 500 000 $ les sommes que le syndic pense pouvoir obtenir par la vente des actifs.

C’est désolant pour M. Menegazzo parce qu’il n’a pas manqué d’efforts.

Paul Viau, maire du canton de Hemmingford

Vente

C’est à Patrick Sullivan, syndic de faillite pour Le Groupe Fuller Landau, que revient la tâche de mettre en vente les actifs du Club de golf et de répartir les sommes obtenues entre les créanciers.

«M. Menegazzo a fait cession des biens du Club de golf. C’est fermé. Il n’y a plus rien qui se passe là. C’est maintenant moi qui ai la responsabilité des lieux», indique M. Sullivan.

Un appel d’offres public a été lancé par M. Sullivan pour la vente du Club de golf. «Il y aura ouverture des soumissions lors de l’assemblée du 28 janvier», dit-il.¨

Remboursement

L’argent obtenu par la vente des actifs servira à rembourser les créanciers par ordre de priorité, soit les employés, suivent les créanciers garantis et enfin, les créanciers ordinaires.

Si des sommes sont dues aux employés, ces derniers auront priorité et pourront toucher jusqu’à 2000 $ chacun, précise M. Sullivan.

Viennent ensuite les créanciers garantis, que sont les institutions financières, l’Agence de revenu du Canada et Revenu Québec. La somme qui leur est due atteint plus de 1,7 M$.

Enfin, la valeur de ce qui est dû aux créanciers non garantis est de plus de 600 000 $.

Rappelons que la valeur totale des actifs est estimée à un peu plus de 1,8 M$.

Difficile de dire s’il restera assez d’argent pour rembourser les créanciers ordinaires. «On ne le saura pas tant qu’on ne sera pas allé voir ce que le marché est prêt à payer», précise M. Sullivan.

Si le fruit de la vente des actifs permet de rembourser les créanciers garantis, la différence sera répartie au prorata de ce qui est dû à chacun des créanciers ordinaires qui auront déposé une réclamation.

Fondé en 1965, ce club de golf compte deux parcours de 18 trous, dont un est public, l’autre étant réservé à ses membres.

Futur

Il est encore trop tôt pour dire s’il y aura des pertes d’emplois en lien avec cette faillite. Tout dépendra de ce que d’éventuels acheteurs décideront de faire avec le Club.

«Je sais qu’il y a quatre groupes qui sont intéressés à acheter, dont un couple qui voudrait conserver la vocation de golf, explique M. Menegazzo. Il y a aussi des investisseurs qui veulent juste acheter le terrain à rabais. Ça ne les dérange pas de le laisser à l’abandon pendant dix ans pour lui laisser prendre de la valeur.»

Le maire du canton de Hemmingford et préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville, Paul Viau, est convaincu que le terrain de golf va trouver preneur.

Bien qu’il reste ouvert à l’idée de se porter au secours de l’entreprise, M. Viau indique que pour l’instant, le conseil municipal n’a pas exprimé la volonté politique de le faire.

«Ce n’est pas impossible, mais la municipalité a déjà fait sa part, rappelle M. Viau. On a mis 30 000 $ quand M. Menegazzo a acheté, pour l’aider à redécoller et pour le soutenir avec la taxe foncière.»

Quoi qu’il advienne, le préfet assure que ce terrain ne pourra pas être utilisé pour y construire des habitations. «Il y a des restrictions pour plusieurs années encore au niveau du schéma d’aménagement, qui a été mis en place en 2014, souligne M. Viau. Le schéma prévoit que l’usage de ce terrain ne peut être que récréatif intensif. On pourrait y jouer au polo, mais on ne peut pas construire de maisons.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des