Projet pilote à Lacolle: le centre de pédiatrie sociale accueille ses premiers patients

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Projet pilote à Lacolle: le centre de pédiatrie sociale accueille ses premiers patients
Karine Boudreau, coordonnatrice des opérations, Dre Sonia Péloquin, fondatrice et Érik Christensen, directeur général, à L'Étoile. (Photo : Coup d'œil - Archives)

SANTÉ – Comme promis, le centre de pédiatrie sociale L’Étoile, basé à Saint-Jean, a élu domicile au centre communautaire de Lacolle pour un premier bloc de trois semaines, au cours du mois de février. Plusieurs familles ont déjà été rencontrées par cette équipe médicale multidisciplinaire, dont le mandat est de venir en aide à des enfants qui sont en situation de vulnérabilité ou à risque de l’être.

«Nous avons commencé à raison de deux jours par semaine, pendant trois semaines, explique Karine Boudreau, coordonnatrice des opérations à L’Étoile. Cela va nous permettre de voir quels sont les besoins.»

La grande majorité des enfants qui ont consulté L’Étoile à Lacolle ont été référés par l’école, le CLSC ou encore la garderie.

Ainsi, les soins donnés par L’Étoile ne sont pas offerts au grand public, mais sont plutôt destinés aux enfants qui en ont le plus besoin. Pour cette raison, une famille qui consulte le centre sera d’abord évaluée.

«Les gens peuvent se présenter et c’est nous qui jugerons s’ils rencontrent nos critères», précise Mme Boudreau.

L’équipe de L’Étoile sera de retour à Lacolle au mois d’avril, puis en juillet ou en août, chaque fois à raison de deux jours par semaine, pendant trois semaines consécutives.

Projet pilote

Ce bureau satellite de L’Étoile à Lacolle permet à l’organisation de mesurer quels sont les besoins sur le terrain.

Ce projet pilote permettra ensuite de mettre sur pied une initiative unique au Québec: L’Étoile mobile, qui offrira des services de santé à bord d’un véhicule qui ferait la tournée des communautés plus éloignées du Haut-Richelieu, et ce, dès 2020.

L’Étoile est toujours dans l’attente de la confirmation d’un financement provenant du gouvernement du Québec pour le démarrage de ce projet. «Dès que ce sera fait, nous allons passer la commande pour le véhicule», dit Mme Boudreau.

Après quoi, la communauté d’affaires sera sollicitée pour assurer la pérennité du projet. Selon le montage financier de L’Étoile mobile, après les trois premières années de démarrage, 40 % de son budget sera issu des activités de financement de L’Étoile, tandis que l’autre 60 % proviendra du secteur privé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des