Centre de femmes du Haut-Richelieu: des activités pour la Journée nationale des cuisines collectives

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Centre de femmes du Haut-Richelieu: des activités pour la Journée nationale des cuisines collectives
La population est invitée à participer à une journée d'activités au Centre de femmes du Haut-Richelieu, à l'occasion de la Journée nationale des cuisines collectives, le 25 mars. (Photo : gracieuseté)

COMMUNAUTÉ – Le Centre de femmes du Haut-Richelieu organise une d’activité à l’occasion de la 22e Journée nationale des cuisines collectives, le 25 mars.

Les cuisines collectives contribuent à favoriser une saine alimentation et une meilleure qualité de vie. Cette journée vise à souligner l’importance des cuisines collectives comme solution alimentaire et comme alternative à l’individualisme et à la solitude.

Le Centre de femmes du Haut-Richelieu invite donc la population à goûter à cet univers riche en saveurs et en découvertes.

L’événement aura lieu de 10 h 30 à 15 h, au 390, rue Georges-Phaneuf, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Cette activité est gratuite, mais une inscription est obligatoire avant le 18 mars, au 450 346-0662.

Pétition

Cette année, cette journée est placée sous le thème: Une main sur le panier, l’autre pour signer !

Les organisateurs de cette journée veulent profiter de l’événement pour rappeler au gouvernement la nécessité de garantir à tous, le droit à une saine alimentation.

Le public est invité à signer une pétition en ligne, qui a été déposée sur le site Internet de l’Assemblée nationale du Québec, pour appuyer cette demande.

Il est possible de signer la pétition en se rendant à l’adresse: https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7287/index.html.

Mesures réclamées dans la pétition

  • La fixation du prix d’un panier d’aliments de base;
  • L’accessibilité à des marchés de proximité, des jardins, des locaux municipaux de cuisine et des territoires de cueillette, de chasse et de pêche;
  • Le financement accru des organismes communautaires en autonomie alimentaire;
  • Une offre d’aliments sains dans les établissements publics;
  • La taxation accrue des boissons sucrées et des aliments hautement transformés;
  • La réintroduction des cours de cuisine dans les programmes éducatifs.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des