Saint-Rémi: IGA Primeau élimine les sacs d’épicerie en plastique

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Saint-Rémi: IGA Primeau élimine les sacs d’épicerie en plastique
L'épicerie IGA de Saint-Rémi élimine l'utilisation des sacs d'épicerie en plastique, à compter du 1er avril. (Photo : gracieuseté)

ENVIRONNEMENT – Il ne sera plus possible de mettre ses achats dans des sacs d’épicerie en plastique au IGA de Saint-Rémi, à compter du 1er avril. L’entreprise a décidé d’adopter toute une série de mesures vertes, dans le but de diminuer son empreinte écologique.  

Les clients devront apporteur leurs propres sacs réutilisables. Ils pourront aussi acheter des sacs de papier, au coût de 0,05 $ l’unité.

Les petits sacs de plastique, dans lesquels les clients mettent leurs fruits et légumes, seront encore disponibles. Par contre, ces derniers seront encouragés à acheter des sacs réutilisables qui seront vendus sur place. Ces sacs sont fabriqués par l’entreprise Mère et fille, basée à Saint-Michel.

Le IGA récupère les piles usagées. Une boîte est spécialement destinée à cet usage, pour les clients.

On ne peut pas éliminer le plastique au complet, mais on peut faire un petit geste. C’est facile pour nous.

-Jonathan Grieco, directeur du magasin IGA Primeau

De nouveaux bacs ont aussi fait leur apparition à l’intérieur du magasin, pour disposer des déchets. On y retrouve le traditionnel bac de recyclage, mais aussi un bac pour les contenants consignés et un bac pour récupérer les matières organiques qui seront compostées.

L’entreprise a fait appel à un conseiller en environnement pour élaborer un plan d’action, dans le but d’obtenir une certification donnée par l’organisme Jour de la Terre.

«Ce sont des initiatives que nous avons mises en place pour être au goût du jour, explique Jonathan Grieco, directeur du magasin. On s’en faisait parler par la clientèle et par nos employés. On sait que c’est la priorité des gens. Si on ne le faisait pas, on aurait été vraiment en retard. »

Résultats

Le bac de compost est en place depuis le début du mois de mars seulement, mais on peut déjà en mesurer les résultats.

«J’ai réduit mes poubelles de 50 %, indique M. Grieco. Chaque semaine, une compagnie vient chercher 20 bacs roulants de compost, comme ceux que les gens ont à la maison. Depuis mars, je suis passé de quatre ramassages par semaine de notre conteneur à déchets, à deux. Quand tous les employés vont être formés et que les clients vont être sensibilisés, je vise un seul ramassage par semaine. L’objectif ultime serait de ne les faire venir que sur appel.»

Pour éviter le gaspillage, l’entreprise donne aussi tous ses produits alimentaires invendus à l’organisme Sourire sans fin, basé à Saint-Rémi, «dans le respect des règles sanitaires», précise M. Grieco.

Gestes

Avant même d’entamer cette démarche d’évaluation environnementale, l’entreprise était soucieuse de réduire son empreinte écologique en récupérant le carton, mais aussi le plastique.

«Il y a huit ans, nous étions l’un des premiers magasins à avoir une presse pour faire des ballots avec nos emballages de plastique, pour la récupération», précise M. Grieco.

À venir

D’autres mesures pourraient être prises par IGA Primeau, afin de réduire les matières destinées à l’enfouissement.

«J’ai appliqué sur un programme pour devenir un site de ramassage de petits appareils électroniques, comme des cellulaires, ajoute M. Grieco. J’ai aussi appliqué pour participer à un programme de Sobeys, pour le recyclage du styromousse. Ils vont prendre 30 magasins. J’espère qu’on va être choisi.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des