37 entreprises créées en trois ans avec l’aide du CLD des Jardins-de-Napierville

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
37 entreprises créées en trois ans avec l’aide du CLD des Jardins-de-Napierville
À l'avant: Kevin Dauphinais (Myden, Hemmingford Canton), Yves Boyer (maire de Sherrington), Claude Lévesque (STP Solutions, Saint-Cyprien), Ghislain Lavery (Le Sherrington, Sherrington), Jean Chenay (maire de Saint-Cyprien). Au centre: Michel Charbonneau (directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville), Justine Chouinard (La Fermette, Hemmingford), May Taratura (May Taratura, Saint-Michel), Mylène Savard (Qualité-Salubrité Conseil, Saint-Rémi), Sylvie Gagnon-Breton (mairesse de Saint-Rémi), Guylaine Tremblay (Système intérieur HG, Canton de Hemmingford), Christian Bélanger (Christian Bélanger électrique, Saint-Cyprien), Cassandra Shamshoum (agente de développement économique-aide aux entreprises, CLD des Jardins-de-Napierville), Catherine Lefebvre (Maraicher L&L, Saint-Michel). À l'arrière: Pier-Alexandre Boyer-Couture (Les entreprises Boyer-Couture, Saint-Rémi), Bodgan Popsecu (G.S. Moteurs électrique, Sherrington), Kaciane Monchamp (Kaciane Design, Saint-Michel), Steven Lévesque (Paladin informatique, Saint-Rémi), Patrick Ste-Marie (M. Clim, Sherrington), Caroline Beaudet et Kaven Riel (Les trésors de Charlemagne, Saint-Cyprien), Patrick Gauthier (Services extermination plus, Saint-Michel) et Paul Viau (maire du canton de Hemmingford et préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville). (Photo : gracieuseté – Rémy Boily)

ACTUALITÉ – Trente-sept entrepreneurs de la relève, qui ont démarré leur entreprise en 2016, 2017 et 2018, ont été honorés par le Centre local de développement (CLD) des Jardins-de-Napierville, le 2 mai. Trois entreprises établies ont aussi reçu un prix pour leur engagement dans le développement social. L’objectif était de les féliciter pour leur participation au développement économique de la région.

En 2018 seulement, pas moins de 14 entreprises ont été créées sur le territoire de la MRC des Jardins-de-Napierville, avec l’aide du CLD, qui offrent différentes formes d’aide au démarrage, qu’il s’agisse de formations (cours de langue, de comptabilité ou encore d’informatique), de subventions ou de prêts.

«Je veux souligner la présence des maires à cette Soirée reconnaissance jeunes entreprises. La quasi-totalité des élus participe à chacune des activités que nous organisons», précise Michel Charbonneau, directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville.

Depuis le 1er avril 2019, six nouvelles entreprises ont bénéficié des services du CLD pour leur démarrage, ce qui augure bien pour le reste de l’année en cours, remarque M. Charbonneau.

Le CLD des Jardins-de-Napierville est le bras de développement économique et social de la MRC.

-Michel Charbonneau, directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville

«On contribue au démarrage de deux entreprises par mois, en moyenne, se félicite-t-il. L’esprit d’entrepreneuriat est bien vivant dans la région.

Ce dynamisme relève de l’exploit dans le contexte économique actuel. «On réussit cela même si nous sommes en situation de plein emploi depuis 2016, dans la région, indique M. Charbonneau.

Cinq ans après leur démarrage, 88 % de ces entreprises sont toujours en opération, note le directeur général du CLD. Après 10 ans d’activité, 78 % d’entre elles font toujours des affaires.

«C’est absolument incroyable!, commente M. Charbonneau. D’autant plus que nous affichons le deuxième plus bas taux de scolarité en Montérégie. Cela montre que ces entrepreneurs sont persévérants et qu’ils veulent passer à travers les obstacles. Les services offerts au CLD contribuent au succès de ces jeunes entreprises.»

Développement social

Il existe un lien étroit entre le développement social et le développement économique, estime Sonia Dumais, agente de soutien au développement social au CLD des Jardins-de-Napierville.

«En 2019, on sait qu’un jeune qui n’est pas diplômé va devenir un adulte qui aura plus de chances d’être au chômage et qui aura une moins bonne santé physique et mentale», explique-t-elle.

Elle cite l’exemple de la difficulté des entreprises à recruter des travailleurs qualifiés. «Il faut favoriser la persévérance scolaire, pense Mme Dumais. Il arrive souvent que des jeunes qui font un stage ne terminent pas leur formation parce que l’employeur a besoin d’eux dans l’entreprise. Ils faudrait plutôt qu’ils deviennent des partenaires de leur réussite scolaire.»

Lauréates

Trois entreprises ont reçu un prix pour souligner les gestes qu’elles posent pour favoriser le développement social, qu’il s’agisse de faciliter la conciliation travail-famille, travail-études ou encore l’offre de formation aux employés.

Aérospatiale Hemmingford, qui fabrique et assemble des pièces destinées à l’industrie aérospatiale, a reçu ce prix pour la flexibilité qu’elle offre à ses employés, en ce qui concerne la famille et les études. L’entreprise investit aussi beaucoup dans la formation continue du personnel. Enfin, elle favorise les bonnes relations de travail et cultive le sentiment d’appartenance par l’organisation d’événements rassembleurs.

«Ils créent des partenariats avec des écoles pour former des employés, précise Mme Dumais. Ils sont aussi venus dire comment il est important de prendre soin des employés.»

Sonia Dumais, agente de soutien au développement social au CLD des Jardins-de-Napierville, et Dawn-Marie Turner, présidente d’Aérospatiale Hemmingford.

Structures Stross, située à Saint-Cyprien-de-Napierville, s’est aussi démarquée par la façon dont elle considère ses employés, qui sont consultés dans les prises de décision les concernant.

«Lorsque les propriétaires actuels ont acheté l’entreprise, il y a quelques années, ils ont gardé tous les employés et ils leur ont offert une augmentation de salaire avant même d’avoir un carnet de commandes», indique Mme Dumais.

Sonia Dumais, agente de soutien au développement social au CLD des Jardins-de-Napierville, et Terry Henderson, président de Structures Stross.

L’épicerie Metro Corriveau, à Napierville, a aussi été récompensée, notamment pour sa pratique de conciliation travail-études. On y applique la règle du «4-9-15». Cela signifie que pendant les jours de semaine, les étudiants n’ont pas de quarts de travail de plus de quatre heures, ils ne travaillent pas plus tard que 21 h le soir et pas plus de 15 heures dans une même semaine.

Ils offrent du soutien à des employés autistes et permettent au personnel de se perfectionner dans le cadre du Programme d’apprentissage en milieu de travail d’Emploi Québec.

Conférence

Le CLD avait aussi invité cinq entrepreneurs bien établis, qui ont déjà bénéficié de l’aide du CLD, pour s’adresser aux entrepreneurs de la relève et répondre à leurs questions.

«Ils leur ont raconté leur parcours et ils ont échangé avec eux, explique Cassandra Shamshoum, agente de développement en démarrage d’entreprise au CLD des Jardins-de-Napierville. Il a été question de persévérance, de patience, de travail, mais surtout de l’importance de bien s’entourer.

Cinq entrepreneurs chevronnés ont partagé leur expérience avec la relève. Dany Patenaude (Usiprog, à Napierville), Christian Van Winden (Horizon Arboricole, à Hemmingford), Sébastien Yelle (Conteneurs S. Yelle, à Sherrington), Catherine Lefebvre (Maraichers L&L, à Saint-Michel), et Donald Chenail, de Luxo Marbre, à Saint-Rémi, sont entourés de Paul Viau, maire du Canton de Hemmingford et préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville et de Michel Charbonneau, directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des