Pédiatrie sociale: une clinique mobile pour sillonner le Haut-Richelieu

Valérie Legault
Pédiatrie sociale: une clinique mobile pour sillonner le Haut-Richelieu
Les représentants de L'Étoile Aimé Deslauriers, Chantal Vaillancourt, Dre Sonia Péloquin, Erik Christensen et Renato Mansi ont procédé au lancement d'une campagne majeure de 500 000 $ pour financer la clinique mobile de pédiatrie sociale aux quatre coins du Haut-Richelieu. (Photo : Le Canada Français ‒ Jessyca Viens-Gaboriau)

SANTÉ – La clinique de pédiatrie sociale L’Étoile rêvait de ce moment depuis des années. À partir de l’automne 2019, elle amorcera son déploiement dans tout le Haut-Richelieu. D’ici 2021, le vaisseau de L’Étoile mobile visitera quatre zones plusieurs fois par année, soit celles de Saint-Blaise-sur-Richelieu, Lacolle, Iberville et Saint-Georges-de-Clarenceville.

C’était un grand jour pour L’Étoile, le 15 avril. Une centaine de personnes s’étaient réunies au Domaine Trinity, à Saint-Jean-sur-Richelieu, pour assister au lancement de la campagne majeure de l’organisme. L’initiative assurera la viabilité de L’Étoile mobile pour les cinq prochaines années. Erik Christensen, directeur général de la clinique, a insisté sur la pérennité du projet.

Les besoins sont grands dans les zones rurales que le réseau de la santé peine à atteindre. La pauvreté, la négligence et les retards de développement, pour ne nommer que ces indices de vulnérabilité, sont aussi présents que dans le Vieux-Saint-Jean, où la clinique suit déjà 250 enfants par année depuis dix ans.

Grâce à L’Étoile mobile, 200 enfants de plus et leur famille bénéficieront d’un soutien direct dans leur communauté, à bord d’un autobus pas comme les autres. Plutôt que d’élire domicile dans des locaux conventionnels, L’Étoile mobile sillonnera la région à bord d’un autobus aménagé à l’image de sa clinique.

Musicothérapie

«On y retrouvera un médecin, une infirmière et une travailleuse sociale en plus de toutes les activités de L’Étoile comme de la musicothérapie et de la zoothérapie», précise Erik Christensen.

Le directeur général de L’Étoile et la fondatrice de la clinique, Dre Sonia Péloquin, sont convaincus que d’aller à la rencontre de la clientèle vulnérable portera ses fruits. Les enfants vivront moins de retards et arriveront à l’école mieux préparés. Leur suivi permettra à long terme de briser le cercle de la pauvreté dans lequel ils se trouvent.

Ce ne sont pas que des consultations médicales. Il faut aussi tisser des liens!

-Erik Christensen, directeur général de L’Étoile

L’Étoile estime que sa clinique mobile nécessitera un budget moyen de 160 000 $ par année. C’est sans compter l’achat du véhicule. L’organisme a toutefois reçu des appuis financiers de taille pour permettre le démarrage avant la fin de l’année.

Cet automne à Lacolle

La livraison du véhicule est prévue en octobre 2019. Le même mois, le vaisseau de L’Étoile mobile ira rencontrer ses premiers jeunes patients à Lacolle.

Une deuxième zone de service mobile sera ajoutée en mai 2020, puis une troisième en octobre 2020. La dernière zone identifiée bouclera la quatrième partie de la MRC du Haut-Richelieu en février 2021.

Le véhicule qui sera utilisé a été baptisé Le Vaisseau. Il s’agit d’un autobus scolaire qui a été modifié.

Contributeurs

Les Caisses Desjardins du Haut-Richelieu et des Seigneuries de la frontière se sont unies pour financer L’Étoile mobile à raison de 125 000 $. La MRC du Haut-Richelieu et le ministère des Affaires municipales ont pour leur part offert une contribution de 360 000 $.

Il reste environ 500 000 $ à récolter pour faire de la campagne majeure de L’Étoile un succès. Plusieurs entreprises ont déjà confirmé leur engagement, comme NutriFrance, les Autobus Racine, la pharmacie Brunet et L’Oréal. Pour sa part, le député de Saint-Jean, Louis Lemieux, investira dans la conversion de L’Étoile mobile à l’énergie solaire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des