Projet ImplicAction jeunesse rurale: 25 jeunes sensibilisés aux saines habitudes de vie

Louise Bédard
Projet ImplicAction jeunesse rurale: 25 jeunes sensibilisés aux saines habitudes de vie
Renée Rouleau, mairesse de Saint-Georges-de-Clarenceville, Hélène Cadieux, secrétaire à l'Estacade, les députés Louis Lemieux, de Saint-Jean, et Claire Isabelle, de Huntingdon, Jacques Lemaistre-Caron, maire de Lacolle, Yannick Godin, directeur de l'Estacade, Danielle Thibault, directrice du Grenier aux trouvailles, et Réal Ryan, préfet de la MRC du Haut-Richelieu. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

SANTÉ – Une subvention de 30 000 $ vient d’être accordée pour la réalisation du projet ImplicAction jeunesse rurale, projet visant à développer de saines habitudes de vie, dans le Haut-Richelieu.

Yannick Godin, directeur de L’Estacade, de Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, a présenté le projet élaboré par le centre de plein air, en collaboration avec la maison des jeunes de Beaujeu et le Grenier aux trouvailles, deux organismes de Lacolle.

Le projet mobilisera 25 jeunes de 12 à 17 ans provenant de Noyan, Venise-en-Québec, Clarenceville, Henryville, Saint-Blaise, Lacolle, Saint-Paul et Saint-Valentin. Il vise à promouvoir de saines habitudes de vie et à soutenir la persévérance scolaire. «Mieux manger, plus bouger, moins gamer», résume M. Godin.

ImplicAction

Durant une année, les participants effectueront quatre séjours au centre de plein air. Les jeunes participeront à des ateliers culinaires, à des ateliers portant sur la confiance en soi et le leadership ainsi qu’à des activités sportives. Forts des expériences vécues à l’Estacade, ils élaboreront à leur tour des projets à mettre en œuvre dans leur municipalité.

Un des organismes partenaires est le Grenier aux trouvailles, dont une des missions touche la sécurité alimentaire. Il anime déjà des mini-ateliers de cuisine, à l’heure du dîner à l’école Saint-Joseph de Lacolle. Sa directrice, Danielle Thibault, explique que l’organisme fait ainsi la promotion des saines habitudes de vie.

Estime de soi

Beaucoup de jeunes ne savent pas cuisiner et la réussite d’une recette accroit leur estime de soi, dit-elle. Durant leurs séjours à l’Estacade, les jeunes devront faire la cuisine pour se nourrir.

Quand ils sont plus heureux dans leur vie, ça va souvent mieux à l’école.

-Yannick Godin, directeur de L’Estacade

Parmi les résultats concrets attendus, le choix des jeunes d’opter pour de saines habitudes de vie en se nourrissant mieux et en pratiquant des activités physiques en est un. De plus, M. Godin fait valoir qu’en favorisant l’autonomie des jeunes, le leadership et la confiance en leurs capacités, cela aura un impact significatif sur leur réussite et leur persévérance scolaires.

Le projet veut aussi développer leurs habiletés à mieux communiquer et à entrer en relation avec les autres pour les sortir de l’isolement. Le travail d’équipe pour apprendre à planifier et mettre en œuvre des projets doit devenir aussi un atout pour la poursuite des études et de leur vie. M. Godin souligne que ces jeunes sont souvent isolés dans leur village.

Calendrier

Des rencontres doivent avoir lieu le 10 juin avec les jeunes des municipalités concernées. Par la suite, entre juin et septembre, 25 jeunes seront recrutés.

Le projet comporte quatre séjours au camp, dont trois fins de semaine, une en novembre, une en janvier et une en avril. Les jeunes passeront ensuite une semaine à l’Estacade à la fin de juillet et au début d’août 2020. À l’issue de quoi, ils présenteront les projets qu’ils auront élaborés pour leur milieu.

M. Godin a remercié Nicole Paquette, conseillère municipale de Lacolle. C’est elle qui a travaillé à la présentation du projet au Secrétariat à la jeunesse. Plus de 400 demandes de subvention ont été soumises et 70 projets ont été retenus, a signalé la députée Claire Isabelle, qui en a souligné la qualité.

Il a saisi l’occasion pour rappeler que l’Estacade, c’est 60 employés en haute saison, 145 jeunes en camp de jour, 585 jeunes en camp de vacances qui couchent sur les lieux, 10 000 jeunes venus en sortie scolaire en 2018, 15 000 personnes qui y ont dormi, 25 000 repas servis annuellement et 1 M$ de revenus.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des