Le Vignoble 1292 double sa superficie à Saint-Blaise

Myriam Tougas-Dumesnil
Le Vignoble 1292 double sa superficie à Saint-Blaise
Une partie de l'équipe du Vignoble 1292: Julie Couture, Julie-Andrée Gagnon, Éric Thibault, Christiane Allard et Michel Lefebvre. (Photo : Le Canada Français - Kim Valiquette)

ACTUALITÉ – Le Vignoble 1292, à Saint-Blaise-sur-Richelieu, a le vent dans les voiles. Au printemps, ses propriétaires ont procédé à la plantation de jeunes vignes sur une terre d’un hectare. À la fin de l’hiver, ils comptent réitérer pour occuper 0,8 hectare supplémentaire. Au final, la superficie du vignoble doublera.

Il ne faut pas rouler longtemps sur la rue Principale, quand on sort du Vignoble 1292, pour tomber sur les jeunes plants de Christiane Allard et Michel Lefebvre. À environ un kilomètre plus à l’ouest, les vignes semblent s’adapter tranquillement à leur nouvel environnement.

Trois cépages rustiques occupent l’espace, soit le Marquette (un rouge), le Saint-Pepin et le Frontenac blanc (deux blancs). Les deux premiers sont déjà cultivés au Vignoble 1292, qui en fait un vin rouge, le Marquette Frontenac, et un vin tranquille blanc, le St-Pepin Swenson.

Le Frontenac blanc pourrait servir à produire du mousseux blanc. Pour l’instant, le Vignoble 1292 propose un seul mousseux, rosé.

Rustiques

Ces cépages ont été choisis pour leur rusticité, mais également parce qu’ils sont particulièrement prometteurs. «Ce sont des cépages d’avenir, explique Christiane Allard. Ce sont des hybrides adaptés à notre climat.»

La viticultrice explique que l’agrandissement du vignoble s’est en quelque sorte imposé au fil des ans, suivant la progression des ventes. Le Groupe Toqué! a d’ailleurs fait du St-Pepin Swenson du Vignoble 1292 le vin blanc officiel de sa Brasserie T! Le produit est présentement épuisé.

On croit aux vins d’ici.

-Christiane Allard, vinicultrice

Il faut dire aussi que les vignerons de Saint-Blaise-sur-Richelieu possédaient déjà des installations et des équipements ayant une grande capacité de production. Dès leur ouverture, ils ont choisi de se donner les outils nécessaires pour produire «du bon jus».

«L’érafloir peut trier 12 tonnes à l’heure», illustre Michel Lefebvre. Cette année, le vigneron récoltera au total entre 10 et 12 tonnes de raisins. Comme quoi il y avait place à une augmentation de volume!

Patience

Cela prendra quatre ou cinq ans avant que les nouvelles vignes offrent un «plein rendement», mais l’agronome Éric Thibault pense tout de même qu’une belle récolte est possible d’ici trois ans. Dès l’an prochain, les fruits de la nouvelle parcelle seront vendangés.

Entretemps, l’équipe du Vignoble 1292 a du pain sur la planche. Les nouvelles vignes doivent être tuteurées. Elles feront aussi l’objet d’une taille de formation. Par ailleurs, le nivellement d’un terrain de 0,8 hectare est en cours. D’autres vignes rustiques y seront plantées au printemps.

Au final, le Vignoble 1292 passera d’une superficie de 1,4 hectare à 3,2 hectares. Christiane Allard affirme qu’elle devra embaucher du personnel pour mener à bien la prochaine saison.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des