Pneus Poupart Yokohama

Caravane des cultures: une saison dans la moyenne malgré la pénurie de main-d’œuvre

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Caravane des cultures: une saison dans la moyenne malgré la pénurie de main-d’œuvre
Les bénévoles, les élus et les responsables de la Caravane des cultures, lors de la soirée de reconnaissance des bénévoles, le 16 octobre. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

COMMUNAUTÉ – Le bilan de la dernière saison de la Caravane des cultures a été présenté le 16 octobre, dans les locaux du Centre local de développement (CLD) des Jardins-de-Napierville. Cette soirée était aussi l’occasion d’honorer la quinzaine de bénévoles qui ont participé au projet cette année.

La Caravane des cultures est une caravane réfrigérée qui, pendant la période estivale, s’arrête dans les municipalités de la MRC des Jardins-de-Napierville pour y vendre des fruits et légumes frais et locaux, à prix abordables.

La Caravane en était à sa cinquième année d’activités. En cours de route, deux employés ont dû quitter leurs fonctions, ce qui a eu pour effet d’amputer environ six semaines à la saison. Néanmoins, les ventes ont atteint la somme de quelque 52 000 $.

«Nous avons commencé une semaine plus tard et terminé un mois plus tôt, indique Maude Saint-Hilaire, agente de développement économique au CLD des Jardins-de-Napierville et responsable de la Caravane. Malgré les difficultés, nous avons eu une belle saison. Au prorata, c’est notre deuxième meilleure saison. Depuis cinq ans, nous avons fait 319 453 $ en vente. À 0,50 $ la botte de radis, on en a vendu ! L’an prochain, nous aurons une meilleure année.»

De son côté, Solange Oligny, la présidente du conseil d’administration de la Caisse Desjardins des Moissons-et-de-Roussillon a rappelé que Desjardins s’engage à nouveau à soutenir ce projet pour les trois prochaines années.

Soutien

Tous les intervenants qui ont pris la parole ont souligné l’apport inestimable des bénévoles dans la réussite de ce projet.

«Cette année, 252 heures de bénévolat ont été faites à la Caravane, se réjouit Mme Saint-Hilaire. Il y a aussi 36 producteurs de chez nous qui ont fourni des produits à la Caravane et j’en suis très fière.»

Stéphanie Boissy, qui est responsable de la promotion du bénévolat au Service d’action bénévole Au cœur du jardin a, elle aussi, souligné l’implication de la quinzaine de bénévoles qui contribuent au succès de la Caravane. «Cette année, 1327 personnes ont fait du bénévolat sur le territoire, dont 15 avec la Caravane des cultures, dit-elle. Par votre sourire et votre authenticité, vous faites vraiment la différence, a-t-elle déclaré. Sans vous, un tel projet ne serait pas possible.»

Ça prend beaucoup de gens pour faire vivre un projet comme la Caravane des cultures, comme les élus, les bénévoles et les producteurs et c’est ce qui rend notre MRC fière de ce projet.

-Maude Saint-Hilaire, agente de développement au CLD des Jardins-de-Napierville

Elle a cité un proverbe chinois qui va comme suit: «Les gens qui ne croient pas aux petites choses devraient dormir toute une nuit avec un moustique!»

«Tout le monde est impliqué, c’est incroyable, a déclaré Paul Viau, le préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville. Les bénévoles, s’il n’y en avait pas, ça ne fonctionnerait pas. Le but ce soir, c’est de reconnaître tous les efforts qui sont faits, parce que ces gens croient à la mission de la Caravane.»

En ce qui a trait à la saison abrégée cette année, M. Viau rappelle que de toute façon, l’objectif n’a jamais été de «faire de l’argent» avec la Caravane, mais bien de fournir une alimentation saine à la population.

Municipalités

Pour sa part, la mairesse de Napierville, Chantale Pelletier, a pris la parole au nom de ses collègues maires et mairesses des municipalités de la MRC, qui participent toutes à ce projet.

Elle a rappelé l’importance pour la Caravane de recevoir l’appui des municipalités. «Les municipalités peuvent être facilitatrices pour un projet comme la Caravane, indique Mme Pelletier. On peut l’encourager en achetant des Dollars Caravane, qui peuvent être donnés dans un bas de Noël. On peut aussi faire la promotion de la Caravane, en diffusant ses heures de passage dans nos municipalités.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires