Club de golf Napierville: la famille Bayeur, trois générations de champions

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Club de golf Napierville: la famille Bayeur, trois générations de champions
Trois membres de la famille Bayeur, de trois générations différentes, ont remporté le championnat du Club de golf Napierville. Sur la photo, on aperçoit Paul Bayeur (au centre), entouré de son fils, Alain, et de son petit-fils, Danyck. (Photo : Coup d'œil – Marc-André Couillard)

ACTUALITÉ – Trois membres de la famille Bayeur, de Napierville, ont remporté les honneurs en devenant le meilleur joueur parmi les membres du Club de golf Napierville. Si Paul Bayeur a réussi l’exploit à la fin des années 1970, son fils, Alain, a remporté le même championnat à une quinzaine de reprises. Cette année, c’est au tour du fils d’Alain, Danyck, âgé de 21 ans, de ravir la palme à son père.

«J’ai été champion en 1977 ou en 1978. J’avais battu Jean-Pierre Corriveau ou dernier trou, avec un «putt» de 20 pieds, se remémore Paul Bayeur. Il était le favori parce qu’il était assistant-pro à Saint-Jean-sur-Richelieu. Lui, il avait un «putt» de 25 pieds à faire. Je te dis qu’il n’était pas heureux! En 1981, j’ai battu mon fils à Rouses Point [dans l’État de New York] et j’ai gagné le championnat.»

Si ce tournoi annuel a déjà rassemblé une centaine de joueurs à Napierville, ils sont désormais entre 20 et 40, à se disputer les honneurs de cette compétition.

«C’est un terrain de difficulté moyenne, dont la normale est 72, explique Alain Bayeur. Depuis quelques années, il est en très bonne condition.»

Fils

De son côté, Alain Bayeur a remporté le championnat du Club de golf Napierville à une quinzaine de reprises. En 2018, il a gagné le tournoi au niveau régulier et au niveau senior.

Il a aussi gagné le championnat de Rouses Point à sept ou huit occasions.

Petit-fils

Pour la première, en 2019, c’était au tour de Danyck, le petit-fils de Paul et le fils d’Alain Bayeur, de remporter le championnat du Club de golf Napierville, qui s’est tenu au début du mois de septembre, après l’avoir échappé par un seul coup, en 2018.

«L’an passé, j’ai perdu par un trou, contre mon père, raconte Danyck Bayeur. C’était la première fois que j’avais une chance de gagner.»

«Cette année, mon fils m’a battu parce que je vieillis et j’en arrache», lance Alain Bayeur, sourire en coin.

Exploits

Paul Bayeur a réalisé pas moins de cinq trous d’un coup, au cours des dernières décennies. «Il y a une vingtaine d’années, j’en ai fait deux dans la même semaine, au Seven Springs Golf & Country Club, en Floride, relate M. Bayeur. Le journaliste André Rousseau, du Journal de Montréal était venu me voir.»

Le meilleur résultat qu’il a obtenu est un 70, à Rouses Point. «Je n’ai jamais rien brisé à Napierville», lance M. Bayeur.

Alain Bayeur compte trois trous d’un coup à son actif, dont un réalisé à Napierville et un autre au 7e trou du prestigieux parcours Royal Montréal. «La seule chose qu’on ne m’avait pas dit, c’est que je devais payer la traite à tout le monde», raconte-t-il.

Pour sa part, sa meilleure performance est un score 66, qu’il a joué à Rouses Point. «Ç’a été le record du terrain pendant 25 ou 30 ans, affirme Alain Bayeur. Il a récemment été battu. Il y a quelqu’un qui a joué 65.» Il a aussi obtenu un score de 68 à Napierville, à partir des marqueurs bleus.

Quant à Danyck, le petit-fils de Paul Bayeur, sa meilleure performance est un 73, obtenu à Napierville. Il attend toujours son premier trou d’un coup.

Paul Bayeur tenait aussi à souligner les exploits de son autre fils, Christian, qui a réalisé de belles choses, même s’il n’a jamais remporté le championnat du Club de golf Napierville.

«Christian a participé à plusieurs tournois interclubs et il n’en a pas perdu un! C’est un très bon joueur. Il a un beau «swing», mais s’il manquait un coup, il était fini, parce qu’il avait mauvais caractère», précise son père, en riant.

Un peu d’histoire

Paul Bayeur fait partie des membres fondateurs du Club de golf Napierville, qui a vu le jour en juillet 1976. Dans un article paru dans le journal Le Canada Français, datant du mercredi 14 juillet 1976, on peut y lire que 115 actionnaires ont versé 1000 $ chacun, pour permettre l’achat et l’aménagement du terrain. «Les gars ont travaillé fort! Ce n’était pas rose tout le temps», souligne-t-il.

À l’époque, les administrateurs avaient réussi à concrétiser ce projet pour la somme de 300 000 $. «C’est André Gagnon, d’André Gagnon Auto Parts, qui a vendu le terrain 15 000 $, pour faire le golf, rappelle Paul Bayeur. Il avait aussi pris 5000 $ de parts.»

En 1976, il était possible de se procurer une carte de membre au coût de 50 $, pour une saison.

Lors de l’inauguration du premier «neuf trous», le conseil d’administration était composé d’Eugène Fortin, Jean-Pierre Corriveau, Laurent Foucault, Georges Martin, Rogel Lamoureux, Jean-Claude Fredette, Gilles Charbonneau, Paul Bisaillon, Jacques Gamache, André Gagnon et Barnabé Grégoire. Roger Paré agissait à titre de gérant.

Lors de son ouverture, le Club de golf ne possédait pas encore toutes les infrastructures nécessaires pour offrir un service complet aux joueurs. «Le Club de golf ne possède pas encore de chalet, mais utilisera une partie de la bâtisse servant présentement à l’entreposage de l’équipement», peut-on lire dans ce même article du Canada Français, rédigé à l’époque par Maurice Tremblay.

Le Club de golf Napierville a donc accueilli ses premiers joueurs le 17 juillet 1976, dès 8 h. «En cette première journée, aucune réservation pour les départs ne sera acceptée; le premier arrivé sera le premier servi. L’ouverture officielle viendra après les Jeux olympiques de Montréal», écrivait M. Tremblay.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Yvon lareau Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Yvon lareau
Invité
Yvon lareau

Vous avez oublié Andre Paul lareau
Yvon