Le sirop d’érable a coulé à flots en 2020

Stéphane Lévesque
Le sirop d’érable a coulé à flots en 2020
(Photo : gracieuseté)

ALIMENTATION – Près de quatre mois après le lancement officiel de la saison des sucres 2020, les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ), de concert avec le Conseil de l’industrie de l’érable (CIE), annoncent que la récolte de sirop d’érable vient d’établir un nouveau record. Avec une production estimée à plus de 175 millions de livres de sirop d’érable pour l’ensemble du Québec, la moyenne de rendement par entaille a été de 3,59 livres.

«Cette annonce nous réjouit, et est certainement la bienvenue, après une saison qui a débuté dans l’incertitude et qui a été parsemée d’embûches», affirme Serge Beaulieu, président des PPAQ. «La résilience et l’ingéniosité dont les acériculteurs et acéricultrices ont fait preuve dans les derniers mois aura été récompensée et j’en suis très heureux. Cette drôle d’année restera sans aucun doute gravée dans nos mémoires et dans l’histoire de notre organisation!», poursuit-il.

Malgré que la pandémie ait eu un impact sur les procédures et les méthodes utilisées par l’industrie, elle n’a pas pour autant ralenti la coulée de nos érables. Un ajout de 2,3 millions d’entailles au cours des deux dernières années et un mois d’avril plutôt froid peuvent expliquer cette saison particulièrement exceptionnelle.

Du côté des acheteurs de sirop d’érable, le président du CIE, Sylvain Lalli, se dit fier lui aussi du travail effectué par l’ensemble de ses membres afin, notamment, d’assurer de façon sécuritaire une continuité des opérations depuis le mois de mars. Ce dernier ajoute que «malgré la pandémie, la demande en sirop pour les ventes au détail est demeurée très forte jusqu’ici et nous espérons… que les ventes aux Hôtels, restaurants et institutions (HRI) et dans les boutiques-cadeaux, grandement impactées, se rétabliront».

La COVID-19 aura amené son lot de défis dans les érablières cette année. Pour y faire face, les PPAQ ont rapidement mis des mesures en place afin de réduire le plus possible la propagation du virus et les conséquences sur les producteurs et productrices. La livraison des barils de sirop d’érable, les ventes directes à la ferme, le nettoyage des équipements et les déplacements entre régions ont notamment été révisés afin d’assurer la continuité des activités tout en respectant les règles d’hygiène émises par le gouvernement. Quant aux ventes directes aux consommateurs, plusieurs producteurs ont dû innover et adapter leurs façons de faire, particulièrement en adoptant la vente en ligne.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des