QS revendique le droit à la déconnexion

Stéphane Lévesque
QS revendique le droit à la déconnexion
Alexandre Leduc. député d'Hochelaga-Maisonneuve. (Photo : gracieuseté)

TRAVAIL – À l’heure où les Québécois sont de plus en plus nombreux travailler de la maison, il est temps plus que jamais d’encadrer le droit à la déconnexion selon le responsable pour Québec solidaire en matière de travail, Alexandre Leduc.

À ce sujet, le député d’Hochelaga-Maisonneuve a déposé le 3 juin un projet de loi à l’Assemblée nationale afin d’obliger les employeurs à élaborer une politique de déconnexion dans leur milieu de travail.

«La pandémie a brouillé les frontières entre vie personnelle et travail, qui étaient déjà mises à mal par la présence grandissante de la technologie dans nos vies. En ce moment, une personne sur deux fait du télétravail au Québec, et le sentiment d’être constamment au boulot est plus présent que jamais chez les travailleurs. Or, la loi n’est pas équipée pour répondre à cette réalité. Le gouvernement ne peut pas dire d’un côté de la bouche vouloir favoriser la technologie et le travail, et de l’autre, ne pas encadrer le droit à la déconnexion. L’un ne doit pas aller sans l’autre», fait valoir M. Leduc.

Le projet de loi présenté par le député d’Hochelaga-Maisonneuve est calqué sur un projet similaire présenté en 2018 par son collègue Gabriel Nadeau-Dubois. Il obligerait les employeurs à adopter une politique de déconnexion pour l’ensemble de ses salariés.

Pour le député solidaire, il n’est pas question d’imposer un cadre uniforme, mais bien de s’assurer que chaque salarié est protégé dans son droit de déconnecter du travail.

«Le but n’est pas d’imposer une règle mur à mur, mais de confier à chaque employeur la responsabilité d’élaborer sa propre politique de déconnexion en fonction des besoins et des contraintes. La première étape, c’est de reconnaître qu’un changement de culture est nécessaire dans nos milieux de travail. Les employeurs doivent se demander si le texto à 23h ou le courriel le dimanche matin est vraiment nécessaire. La réalité est peut-être différente d’un milieu de travail à l’autre, mais il y a une chose qui est pareille partout: le besoin des travailleurs et des travailleuses de tirer la plogue après leur journée de travail», le député solidaire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
antoine
antoine
5 mois

en effet le droit à la déconnexion est important : les conséquences sur la santé au travail du stress des TIC concernent en premier lieu les troubles musculo-squelettiques et visuels, mais ce sont surtout les risques psychologiques liés au stress, à l’excès de charge mentale qui apparaissent les plus préoccupants dans le développement non maitrisé des technologies de l’information et de la communication, à la fois sous ses aspects psychosociaux et organisationnels : https://www.officiel-prevention.com/dossier/formation/fiches-metier/la-prevention-des-risques-professionnels-des-technologies-de-linformation-et-de-la-communication