Feux de forêt: 5 M$ pour un réseau de recherche

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local
Feux de forêt: 5 M$ pour un réseau de recherche
La SOPFEU estime qu’environ 50 incendies proviennent de feux mal éteints ou laissés sans surveillance chaque année. (Photo : Coup d'oeil - Archives)

SÉCURITÉ – Cet investissement vise à accroître l’expertise du Canada contre les feux de végétation de plus en plus dévastateurs et les incendies de cause humaine.

Le réseau de recherche canadien sur les feux de forêt sera créé en collaboration avec le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Les membres du réseau travailleront en tandem avec le partenariat canadien pour la science des feux de forêt, basé à l’Université de l’Alberta selon un communiqué du ministère des Ressources naturelles.

Le projet est issu d’un financement global de 151 millions dédié à la stratégie de sécurité civile tel qu’édicté dans le budget de 2019. Il prévoit la formation de 68 professionnels des feux de forêt issus de programmes de maîtrise, de doctorat et de recherche postdoctorale.

Leur mission consiste à « renforcer la capacité d’atténuation, de préparation, d’intervention et de rétablissement des Canadiens face aux catastrophes naturelles ou aux urgences climatiques. »

La création d’un réseau de recherche sur les feux de forêt est l’une des recommandations du Plan directeur pour une science des feux de forêt qui établit un déficit de recherche dans le domaine. De plus, les experts redoutent une aggravation des dégâts dans les prochaines années.

«Nos saisons des feux sont maintenant plus longues, et les feux sont plus destructeurs et plus dangereux », a indiqué le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, dans son communiqué.

Au Québec, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) constate une hausse des incendies de cause humaine par rapport à la moyenne des dix dernières années. Depuis le début de la saison des feux, on compte 503 incendies, pour un total de 63 427 hectares brulés. Ce sont 95 % de ces incendies qui ont une origine humaine.

La moyenne des dix dernières années, à la même date, est de 236 feux pour une superficie de 27 310,2 hectares brûlés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des