pneus poupart installation gratuite

On s’est moins marié au Québec en 2019

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
On s’est moins marié au Québec en 2019
(Photo : Depositphotos)

SOCIÉTÉ – On estime à 22250 le nombre de mariages célébrés au Québec en 2019, soit environ 600 de moins qu’au cours des deux années précédentes. La baisse s’observe dans les mariages entre conjoints de sexe opposé et entre conjoints de même sexe rapporte l’Institut de la statistique du Québec.

La propension à se marier au Québec, déjà très faible depuis plusieurs années, tend à diminuer encore légèrement. Si les conditions de nuptialité de 2019 demeuraient constantes, on estime que seulement 26 % des hommes et 30 % des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire. L’âge moyen au premier mariage en 2019 atteint 33,5 ans chez les hommes et 32,1 ans chez les femmes. Il s’est élevé respectivement de 8,0 ans et de 8,5 ans depuis le début des années 1970.

L’année 2019 a marqué les 50 ans de la loi sur le mariage civil au Québec, qui permet à deux personnes de se marier devant un célébrant laïc, ailleurs que dans un lieu de culte. La part des mariages civils était de 2 % en 1969, année de l’instauration de la loi. Elle a augmenté jusque dans la décennie 1990, où elle s’est stabilisée autour de 30 %. L’ajout de nouveaux célébrants civils en 2002 a entraîné une nouvelle période de hausse. En plus des greffiers ou greffiers adjoints, les notaires et les « personnes désignées », qui incluent entre autres un maire, un ami ou un membre de la famille, peuvent désormais célébrer un mariage. En 2019, la part des mariages civils atteint 64 %.

S’il demeure possible de se marier sous certaines conditions dans le contexte actuel de pandémie de COVID-19, plusieurs couples ont dû reporter ou annuler leur projet. Selon des données mensuelles encore préliminaires pour l’année 2020, on estime qu’il y aurait eu une baisse des mariages de 25 % en mars et de 50 % en avril, par rapport à la moyenne de 2010 à 2019. Si l’on peut déjà anticiper une diminution du nombre de mariages en 2020, reste à voir quels seront les effets de la pandémie sur la haute saison des mariages, qui s’étend habituellement de juin à septembre, et sur les mois qui suivront.

Rappelons que l’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mona Salehi, notaire Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mona Salehi, notaire
Invité

À Montréal, nous avons également observé une baisse des mariages pour les mois de mars, avril et mai 2020 comme indiqué dans votre article. Une reprise s’est amorcée à partir du mois de juin 2020. Durant les mois le juillet et août (estimé) 2020, nous allons battre des records de célébration de mariages civils si nous comparons à notre historique des 9 dernières années. De nombreux reports ou annulations ont eu lieu. De plus en plus de couples qui souhaitent tout de même se marier sont prêt à certaines concessions pour concilier mariage et respect des directives de la santé… Read more »