L’aide pour le loyer commercial prolongée en juillet

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local
L’aide pour le loyer commercial prolongée en juillet
Justin Trudeau, premier ministre du Canada. (Photo : gracieuseté)

COVID-19 – Plusieurs petites entreprises ont profité de l’aide d’urgence pour diminuer de 75 % leur loyer commercial des mois d’avril, mai et juin 2020.

 Le premier ministre Justin Trudeau qui a annoncé cette mesure de prolongation d’un mois, dit être conscient des difficultés que connaissent les propriétaires. Locataires et propriétaires doivent payer chacun 25 % du montant dû.

Le programme dirigé par la société canadienne d’hypothèques et de logement s’applique aux entrepreneurs ayant un loyer mensuel de moins de 50 000 $.

« Nous travaillons avec les provinces et les territoires pour y arriver. Le programme permet à des milliers de petites entreprises de payer moins cher leur loyer. On comprend que de nombreux propriétaires ont des difficultés et on travaille là-dessus », a indiqué le premier ministre Justin Trudeau au cours d’un point de presse.

PCU et relance économique

En guise de réponse aux détracteurs de la Prestation Candienne d’Urgence, Justin Trudeau s’est dit conscient du besoin de relance économique, mais il a plaidé pour le volet humanitaire.

« Il y a des millions de Canadiens qui n’ont pas d’emploi en ce moment et qui voudraient avoir un emploi, mais parce que l’économie est au ralenti, il n’y a pas d’emploi pour eux. Donc, il va falloir que l’on continue, qu’on leur donne l’aide nécessaire pour pouvoir faire l’épicerie. C’est ça, la priorité. Oui, la relance économique est importante, on a vu énormément de compagnies qui donnent la subvention salariale, mais nous sommes encore dans une situation où trop de Canadiens ont encore besoin de la PCU », a répondu M. Trudeau à un journaliste.

La Prestation canadienne d’Urgence permet aux Canadiens ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie de toucher une aide de 2000$ par mois.

Ce programme a récemment été critiqué au Québec par les autorités qui le trouve contreproductif dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des