pneus poupart installation gratuite

Livre «Nos miroirs, vos histoires»: histoires de coiffeuses… et de clients

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Livre «Nos miroirs, vos histoires»: histoires de coiffeuses… et de clients
Manon Lambert a lancé son livre le 14 juin, à Sherrington. Ce jour-là, le salon de coiffure dont elle a été propriétaire fêtait ses 35 ans. (Photo : gracieuseté)

CULTURE – Manon Lambert, qui a été propriétaire du salon Coiffure Mode Elle, à Sherrington, pendant 25 ans, vient tout juste de lancer son premier livre. Nos miroirs, vos histoires, ce sont des récits parfois drôles et parfois dramatiques, écrits à partir de ce que les coiffeuses voient et entendent dans leur salon.

Ce livre, Mme Lambert a mis dix ans à l’écrire. «Ce sont des histoires basées sur mes expériences et celles de mes collègues de travail, raconte l’auteure. Sur la page couverture du livre, ce sont de vraies coiffeuses, qui sont mes personnages principaux.»

Ce projet d’écriture est né à la suite de la rencontre avec une collègue. «En 2010, je venais de vendre mon salon, mais j’ai continué à y travailler pendant trois ans, explique Mme Lambert. Une nouvelle coiffeuse très dynamique était venue faire son stage. Elle me racontait ce qui se passait dans sa vie, mais aussi avec les clients. Elle avait une façon de raconter les choses avec humour, même quand c’était dramatique. Je lui disais qu’on pourrait écrire une télésérie avec toutes ses histoires et c’est comme ça que l’idée d’écrire un livre m’est venue.»

«Je l’ai aussi écrit pour parler du métier de la coiffure, poursuit Mme Lambert. Il y a souvent des préjugés à l’endroit des coiffeuses, mais on a repris du galon avec le confinement. Les coiffeuses, on a le don de soi, comme les infirmières. On prend soin des autres et les gens se confient à nous.»

Histoires drôles et moins drôles

Le livre est un recueil de plusieurs récits. Un thème différent est abordé à chaque chapitre.

«La plupart des histoires sont vraies et elles sont arrivées aux coiffeuses ou à nos clients», dit Mme Lambert.

Je voulais faire sourire les gens. Certains m’ont dit qu’ils ont éclaté de rire.

-Manon Lambert, auteure

Dans Nos miroirs, vos histoires, on parle de fête et de mariage, mais aussi de cancer, de suicide et de pédophilie.

«Il y a des clients qui arrivent sur nos chaises et ils nous annoncent qu’ils ont un cancer, confie Mme Lambert. Je parle de pédophilie. Il y a plusieurs coiffeuses avec qui j’ai travaillé qui ont subi des agressions sexuelles quand elles étaient très jeunes. Il y a aussi un chapitre sur l’Alzheimer. J’ai des clientes qui l’ont eu et d’autres que j’ai vues dépérir à force de prendre soin de leurs proches.»

Mme Lambert aborde d’autres sujets beaucoup plus légers.

«Je parle aussi des bonnes nouvelles, lance-t-elle. On crée des liens avec nos clients et on fait un peu partie de la famille. Des fois, on est informées avant la famille qu’une cliente va se marier ou si elle est enceinte. Il y a la cliente qui n’est pas satisfaite de sa tête et qui veut que tout le salon l’entende. Toutes les coiffeuses ont déjà vécu ça. Je raconte aussi la fois où une coiffeuse venait d’avoir 18 ans et on avait décidé de faire un party, puis de faire venir un danseur nu au salon. C’est très très vrai ça!»

Dans son livre «Nos miroirs, vos histoires»,   Manon Lambert aborde plusieurs thèmes, aussi drôles que dramatiques.

Où se procurer le livre

Ce livre, qui compte un peu plus de 300 pages, est publié aux éditions Martine Carignan.

Il est possible de se le procurer en communiquant avec Mme Lambert au 514 444-7225, en lui écrivant à l’adresse manonlambert.auteure20@gmail.com ou encore par le biais du site Internet de son éditrice à l’adresse martinecarignan.com/collections/manon-lambert.

Des exemplaires sont aussi en vente à la boutique La galerie de France, située au 8-B, Route 223 à Lacolle, aux pharmacies Uniprix et Proxim à Napierville, chez Coiffure Signé Van Winden à Napierville, au Bistro 1909 à Saint-Rémi, chez Coiffure Mode Elle à Sherrington et à la bibliothèque municipale de Sherrington.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des