Sherrington: l’usine de Vegpro reste ouverte malgré une deuxième éclosion de COVID-19

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Sherrington: l’usine de Vegpro reste ouverte malgré une deuxième éclosion de COVID-19
Il s'agit d'une deuxième éclosion chez Vegpro, qui avait déjà été touchée une première fois au mois de juin. (Photo : gracieuseté)

COVID-19 – Malgré l’éclosion de COVID-19 qui affecte plusieurs employés, l’usine d’emballage de laitue Vegpro, située à Sherrington, poursuit ses activités.   

La direction de l’entreprise a tenu à rectifier des faits qui ont été rapportés dans différents médias la semaine dernière, selon lesquels l’usine devait fermer ses portes en raison du nombre élevé de cas de COVID-19 parmi les travailleurs.

«Contrairement à ce que laissent entendre certaines informations véhiculées dans les médias, Vegpro n’a pas reçu d’ordre de fermeture, assure la direction. Ainsi, toutes les activités de production et de livraison se poursuivent normalement.»

Inspection

Un inspecteur de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail et un représentant de la Direction de santé publique de la Montérégie (DSP) se sont présentés à Sherrington le 14 janvier, sans préavis, pour visiter les installations de Vegpro, afin de vérifier la conformité des mesures sanitaires mises en place.

«Ils nous ont dit que tout ce qu’ils ont vu était à la hauteur ou dépassait les mesures sanitaires requises», explique Luc Prévost, vice-président exécutif, ventes et marketing chez Vegpro.

Nombre de cas

Il nous a été impossible de nous faire confirmer le nombre de cas de COVID-19 parmi les employés de Vegpro.

Tant l’entreprise que la DSP ont refusé de dévoiler cette information. Dans un article paru dans La Presse, le 15 janvier, la journaliste Daphné Cameron indiquait que ce sont 66 travailleurs de cette usine qui ont été infectés.

M. Prévost affirme que le nombre d’employés touchés «n’est pas un pourcentage élevé de la main-d’œuvre».

«On a voulu être très proactif quand on a vu les premiers cas positifs, dit-il. Notre devoir est de faire tester les gens qui ont pu être en contact avec ces gens-là. Il y en a qui sont en quarantaine en attente d’un résultat et il y a des gens négatifs qui sont en quarantaine parce qu’ils doivent afficher un autre résultat négatif quelques jours plus tard, avant de revenir au travail.»

Mesures correctives

Trois recommandations ont été faites à Vegpro afin de minimiser les risques de contamination. Le 15 janvier, ces mesures étaient déjà déployées, assure Vegpro.

L’entreprise a dû modifier la disposition de la cafétéria pour éliminer deux endroits où la distanciation n’était pas optimale.

Des mesures devaient aussi être prises pour renforcer la distanciation dans le secteur des casiers et s’assurer que les employés portent le masque de façon optimale.

Depuis le début de la pandémie, Vegpro a mis en place les mesures sanitaires recommandées par le gouvernement et la Direction de la santé publique.

-Luc Prévost

«Nous devons vous préciser que l’entreprise nous offre son entière collaboration», indique Chantal Vallée, responsable des relations avec les médias à la DSP.

De son côté, la CNESST a autorisé le maintien de l’ouverture de l’usine «sous des conditions sévères», précise-t-elle dans un communiqué paru le 15 janvier.

D’une part, il doit y avoir un dépistage massif. On procédera aussi à des vérifications à l’entrée et on refusera l’accès à tout employé infecté. Enfin, des surveillants et des caméras assureront le respect des mesures sanitaires.

La production ralentie

En attendant que les travailleurs reviennent une fois rétablis, l’usine est contrainte de ralentir sa production.

«On n’est pas à 100 % de notre capacité, admet M. Prévost. La bonne nouvelle, c’est qu’on sait qu’il y a une fin à ça. On s’attend de revoir tous nos employés en santé et on va revenir à la normale.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires