Le Service d’action bénévole Au coeur du jardin présent depuis 40 ans

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Le Service d’action bénévole Au coeur du jardin présent depuis 40 ans
Basé à Saint-Rémi, le SAB a ouvert ses portes en avril 1980. Dès 1985, un bureau satellite était ouvert à Napierville et un second l'année suivante, à Hemmingford. (Photo : Coup d'oeil - Archives)

ACTUALITÉ – Au Québec, la 47e Semaine de l’action bénévole se tient du 18 au 24 avril. Voilà une occasion de mettre en lumière le rôle indispensable qu’occupe le travail bénévole dans notre communauté. Le Service d’action bénévole Au cœur du jardin (SAB), qui fête ses 40 ans cette année, est l’un des principaux maîtres d’œuvre de cette richesse collective qu’est le bénévolat.  

Basé à Saint-Rémi, le SAB a ouvert ses portes en avril 1980.

«Le SAB, dont la mission est de promouvoir l’aide par l’action bénévole, a été parmi les premiers organismes à avoir une permanence dans les Jardins-de-Napierville», rappelle Sylvain Roy, directeur général de l’organisme depuis 2012.

Dès 1985, un bureau satellite était ouvert à Napierville et un second l’année suivante, à Hemmingford.

«On estimait qu’il était souhaitable d’être plus près de la population, principalement des aînés, raconte M. Roy. Ces points de service étaient nécessaires et ils sont aujourd’hui pleinement implantés dans chacun de leur site, avec une conseillère en action bénévole qui vient de ces coins-là, soit Chantal Labrie à Napierville, et Anne Healey à Hemmingford.»

Le SAB élargit son champ d’action

Au fil des ans, l’action du SAB, qui était principalement dirigée vers les aînés, s’est tournée vers la communauté dans son sens large.

«Nous avons le mandat de promouvoir l’action bénévole, quelle qu’elle soit et pour qui que ce soit, que ce soit un entraîneur de hockey ou quelqu’un qui veut faire du bénévolat de type administratif pour un organisme», insiste M. Roy.

Aujourd’hui, le SAB réfère des bénévoles à d’autres organismes qui ont besoin d’un coup de main, il offre de la formation, il soutient des groupes qui sont à la recherche de financement et il offre ses salles de Saint-Rémi et Napierville gratuitement. Le SAB soutient aussi des initiatives du milieu en participant à des comités d’organisation ou en cherchant du financement pour d’autres groupes.

«À titre d’exemple, des citoyens de Hemmingford voulaient démarrer un projet de jardins communautaires. On les a aidés à créer un comité d’utilisateurs et par la suite, ç’a généré une forme d’autonomie de la part des gens du milieu et ç’a fonctionné tout seul», explique M. Roy.

Aînés

Bien que le SAB offre des services à l’ensemble de la communauté, il a tout de même développé une expertise pour aider les aînés à demeurer à domicile.

Le SAB offre notamment un service de livraison de repas congelés, qui sont faibles en sel, en sucre et en gras. Les repas sont vendus à faible coût et livrés gratuitement une fois par semaine.

L’organisme fait aussi des appels de réconfort auprès des aînés. «Nous avons une personne à temps plein là-dessus, dit-il. Elle en a fait plus de 2000 depuis le début de la pandémie.»

Enfin, le SAB offre aussi un service de transport médical.

Portrait du bénévolat et défis

En 2019, le SAB a fait produire une étude sur le portrait du bénévolat sur le territoire des Jardins-de-Napierville.

Pas moins de 66 organisations ont été consultées. Ce portrait a démontré qu’à cette époque, il manquait 227 bénévoles pour que ces organismes puissent fonctionner à plein régime.

Une autre donnée intéressante est ressortie de cette étude, à savoir que 217 types de bénévolat, en termes de variétés de ce qui peut être fait, ont été répertoriés dans la MRC.

Notre objectif est de mousser et valoriser les forces du milieu pour les encourager à voler de leurs propres ailes et améliorer leur quotidien et leur milieu de vie.

-Sylvain Roy, directeur général du SAB Au cœur du jardin

«Il est très important que l’on réponde aussi aux besoins du bénévole, pour que son expérience soit enrichissante et stimulante pour qu’il ait envie de s’impliquer, précise M. Roy. Ce n’est pas tout le monde qui aime être en relation d’aide. Certains bénévoles veulent apporter une aide technique, d’autres vont offrir des conférences, etc. La personne qui apprécie son expérience comme bénévole risque d’en faire plus longtemps.»

Pour le SAB, le défi est de trouver le maillage parfait entre les besoins des organismes et l’offre de bénévolat provenant de la communauté.

«Il y a des personnes qui sont disponibles pour faire du bénévolat, mais de manière ponctuelle. À ce moment, il faut que nous, les organisations, puissions aussi nous ajuster, poursuit M. Roy. D’autres veulent s’impliquer pour briser leur isolement ou encore pour obtenir une expérience à inscrire à leur curriculum vitae. Il faut être capable de répondre à ça.»

Sylvain Roy, directeur général du Service d’action bénévole Au cœur du jardin.

COVID-19

La petite équipe du SAB a été particulièrement sollicitée depuis le début de la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Les gens appellent pour obtenir de l’aide pour compléter leur inscription.

«Au début, on recevait de 75 à 100 appels par jour pour ça», illustre M. Roy.

Dans le but d’aider les personnes qui sont dans le besoin, le SAB offre aussi du transport gratuitement vers les centres de vaccination.

«Nous ne voulons pas qu’un problème de transport soit un obstacle pour les gens qui veulent se faire vacciner, explique M. Roy. Nous allons donc trouver des bénévoles pour transporter ces gens, en fonction de notre disponibilité.»

Les personnes qui bénéficieront de cette offre de transport devront cependant accepter certaines règles sanitaires en voiture, comme s’asseoir à l’arrière, la fenêtre entre ouverte, porter le masque et se laver les mains.

Offre de bénévolat

Les gens qui aimeraient s’impliquer bénévolement auprès du SAB ou d’un autre organisme sont invités à visiter le www.sabjardin.org.

En raison des règles sanitaires qui s’appliquent, le SAB doit fonctionner avec une équipe réduite. «Les gens peuvent quand même s’inscrire comme bénévole et lorsque sera possible de se déployer, on va faire appel à eux», précise M. Roy.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires