Atteint de leucémie: un peu de répit pour Félix et sa famille

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Atteint de leucémie: un peu de répit pour Félix et sa famille
Félix Beaulieu-Duteau a 5 ans. (Photo : gracieuseté)

ACTUALITÉ – Le 4 décembre 2017, la vie de la famille Beaulieu-Duteau a basculé lorsque le diagnostic du petit Félix, alors âgé de cinq ans, est tombé. Cela fait un an qu’il se bat contre la leucémie. Depuis, les sorties familiales sont rares, étant donné l’état de santé de Félix. Mais voilà que le 5 décembre, toute la famille est partie à la recherche du père Noël, à bord d’un avion Airbus. Cette activité, organisée par Air Transat, a apporté de beaux moments de bonheur et un peu de répit à cette famille de Saint-Rémi.

C’était un baptême de l’air pour les trois enfants de la famille, Gabriel, 15 ans, Antoine, 12 ans et Félix, 6 ans. Une soixantaine d’enfants malades étaient à bord de ce même avion, qui a réalisé un vol de deux heures, dans le cadre de la 14e édition de l’événement En vol avec le père Noël.

«J’ai gardé la surprise jusqu’à l’aéroport, raconte la mère de Félix, Nancy Duteau. Ils étaient très excités. Félix était très content de prendre l’avion et de voir le père Noël. C’était touchant de les voir. Ce sont de beaux moments et ça fait du bien au moral.»

Des lutins les ont accueillis à leur arrivée à l’aéroport. Après le décollage, le commandant de bord a demandé aux enfants de bien regarder par les hublots, pour essayer d’apercevoir le père Noël.

«Les enfants trouvaient ça très drôle, dit Mme Duteau. Tout l’avion chantait des chants de Noël. Puis, le père Noël est apparu, en sortant de la cabine de pilotage, avant de passer enfant par enfant pour les rencontrer.»

Les enfants ne sont pas les seuls à avoir apprécié leur expérience. Les parents y ont aussi puisé une source d’énergie.

«Le système immunitaire de Félix est faible, donc on est limités dans les sorties qu’on peut faire, explique Mme Duteau. Des moments comme ça, on n’en a pas beaucoup. Pour les parents, ça donne de l’énergie positive et ça en prend.»

Félix Beaulieu-Duteau a rencontré le père Noël dans les airs, à bord d’un avion d’Air Transat, le 5 décembre.

Rêves

Dès que Félix a reçu son diagnostic, sa mère a dû quitter son emploi pour rester auprès de lui. Son père s’est aussi absenté du travail pendant les trois premiers mois.

Heureusement, il existe plusieurs fondations qui viennent en aide à la famille Beaulieu-Duteau, comme la Fondation des Gouverneurs de l’espoir.

«Ils nous donnent une aide financière mensuelle, explique Mme Duteau. Ils nous donnent des cartes-cadeaux d’épicerie et d’essence jusqu’à la fin des traitements. En février 2018, après l’annonce du diagnostic, ils ont pris en charge nos comptes en retard et ils ont tout mis à jour. Il y a aussi la Fondation Alecxange qui nous aide ponctuellement.»

Le personnel de l’hôpital a suggéré à Mme Duteau de s’inscrire auprès de la Fondation Rêves d’enfants. Le rêve de Félix: visiter Walt Disney World avec toute sa famille.

«Nous avons fait la demande auprès de la Fondation Rêves d’enfants et elle a été acceptée, dit Mme Duteau. Je dois discuter avec la Fondation, mais c’est rare que les rêves se réalisent avant la fin des traitements.»

Quoi qu’il en soit, Félix s’accroche à ce rêve qui lui apporte beaucoup d’espoir. «Toutes les semaines, il me dit qu’il a hâte de guérir pour aller à Walt Disney, confie Mme Duteau. C’est très positif pour les enfants. Ça crée de l’espoir pour les enfants malades, c’est incroyable. Ils offrent un rêve à chaque enfant, mais ils organisent aussi beaucoup d’activités.»

Les frères Gabriel, Antoine et Félix Beaulieu-Duteau, ainsi que leurs parents, Nancy Duteau et Charles-Frédéric Gendron-Beaulieu, en compagnie de lutins, à leur arrivée à l’aéroport de Montréal.

Santé

L’état de santé de Félix s’est stabilisé depuis quelques semaines. Il doit tout de même se soumettre à des traitements de chimiothérapie qui l’affaiblissent.

«Il voit le médecin aux trois semaines si tout va bien, sinon c’est chaque semaine, explique Mme Duteau. Il reçoit des traitements de chimiothérapie intraveineux, intramusculaires et en comprimés. Il doit aussi subir des ponctions lombaires pour lui introduire de la chimiothérapie dans la colonne vertébrale. Il recevra ces traitements jusqu’en janvier 2020.»

Félix réussit tant bien que mal à fréquenter l’école, à raison de deux à trois jours par semaine.

«Il est très fatigué et il dort énormément, explique Mme Duteau. Il a beaucoup de douleurs aux jambes, aux bras et aux mains.»

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire des choses comme ça. On fait le plein d’énergie et ça émerveille les enfants.

Nancy Duteau, la mère de Félix Beaulieu-Duteau

Guérison

Les médecins ne se prononcent pas sur les chances de réussite du traitement. «Ils ne peuvent pas confirmer une rémission complète avant cinq ans après la fin des traitements, précise Mme Duteau. D’ici là, il y a beaucoup de chemin à parcourir. Si la maladie refait surface, on doit recommencer le plan de traitement au complet.»

Il semble que Félix présente un faible risque de récidive, notamment en raison de son jeune âge. «On s’accroche à ça», confie Mme Duteau.

Il est possible de suivre l’évolution de la santé de Félix par le biais du groupe Facebook «Félix le plus fort».

De l’aide pour Félix

Il est possible d’apporter de l’aide à Félix et sa famille en versant un don par le biais du le site Internet onedollargift.com. Il suffit d’inscrire «Soyons unis pour Félix et sa famille» dans la barre de recherche, pour que le don leur soit transmis.

Pour verser un don aux différentes fondations qui viennent en aide aux familles comme les Beaulieu-Duteau, il suffit de se rendre sur leur site web, soit revesdenfants.ca, fondationdesgouverneurs.org ou fondationalecxange.com.

Les trois frères Beaulieu-Duteau ont vécu leur baptême de l’air. À l’arrière, Antoine, au centre, Félix, et à l’avant, Gabriel.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires