Bonnie la girafe attend un petit

Bonnie la girafe attend un petit

Bonnie (en avant-plan) est une girafe de la sous-espèce Roschild et elle provient de l'Afrique du Sud

Naissance – Le Parc Safari s’apprête à accueillir un nouveau pensionnaire.  La girafe Bonnie, âgée de quatre ans, arrive au terme d’une grossesse de 15 mois et doit donner naissance à un girafon dans les prochaines semaines, voire les prochains jours. 

Il s’agit d’une première au Parc Safari depuis 1991, année où est née Agathe qui aujourd’hui, à 23 ans, partage son enclos avec Bonnie.

Bien qu’il est difficile de prédire à quel moment précis elle accouchera, plusieurs signes montrent que ce pourrait être très bientôt, avanceFrancis Lavigne, responsable en zoologie de la collection animale des herbivores. «Elle a commencé à faire du lait et vendredi dernier (18 juillet) et elle a commencé à avoir des contractions », explique-t-il. Il n’est pas possible de connaître la date précisément, car ilfaudrait endormir la girafe pour lui faire une échographieet cela pourrait comporter des risques pour le petit.

Toutes les nuits, M. Lavigne, qui habite littéralement au Parc Safari, rend visite à Bonnie à minuit, puis à 2 h et à 6 h du matin, pour s’assurer que tout se passe bien.  «On peut intervenir s’il y a un problème ou si le bébé se présente mal.  Si l’accouchement est trop long, on peut lui donner des médicaments», explique M. Lavigne. 

Aux premiers signes d’accouchement, un vétérinaire se rendra sur place.  « Il n’est pas nerveux. Il a fait naître environ 30 girafes. Dans les années 1970, le Parc Safari était le plus grand reproducteur de girafes en Amérique du Nord », dit M. Lavigne.

Le Parc Safari a acquis Bonnie d’un zoo de Vancouver, il y a deux ans. Le mâle reproducteur, un dénommé Molson âgé de 15 ans, provenait de Calgary.  Après avoir passé cinq ans au Parc Safari, il est parti en début d’année vers un autre parc zoologique.

Comment accouche une girafe?

La girafe accouche debout. Ce sont les deux pattes avant qui sortent en premier et cela peut prendre jusqu’à une journée avant que la tête du girafon ne passe.  Le petit fait une chute d’environ deux mètres lorsqu’il sort enfin.  «C’est important.  C’est comme la claque sur les fesses pour nous, explique M. Lavigne.  Le girafon a besoin d’un choc pour débloquer ses voies respiratoires.  Il y a des prédateurs dans la nature.  En dedans d’une heure, le bébé doit être capable de se lever et de se déplacer.»

Bonnie restera dans son enclos jusqu’à ce qu’elle accouche.  Les visiteurs peuvent la voir, mais elle ne rejoindra pas les autres animaux du Safari.  «Si le bébé nait et que le rhinocéros est à côté, avec ses 4 000 livres, je ne peux pas y aller!», dit M. Lavigne.  Une fois né, le girafon sera progressivement introduit avec les autres animaux.

Un privilège

C’est un privilège pour le Parc Safari d’avoir des girafes et bientôt un girafon.  C’est aussi un moyen pour faire de sensibiliser les visiteurs.  «Ce ne sont pas toutes les institutions zoologiques qui ont des girafes, souligne M. Lavigne et ça coûte cher aller en Afrique!  On prend cette opportunité pour éduquer les gens.  Ils vont être plus touchés dans ils vont entendre des histoires de braconnage.  On va toucher beaucoup plus de monde en ayant ces individus-là.»

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires