Coalition Napierville

Coalition Napierville

Bertrand Fedette et son équipe

Avec à sa tête Bertrand Fredette, qui convoite le poste de maire, l’équipe Coalition Napierville (CN) fait de la fusion entre Napierville et St-Cyprien, sa priorité.

Dominic Sigouin, André Jr Bélaire, Michel Martineau, Guy Pomerleau, Martin Riel et Pascal Bourdages complètent l’équipe de conseillers aux côtés de M. Fredette.  

La fusion : une priorité

Selon M. Fredette, la fusion des deux municipalités est la voie de l’avenir.  La majorité de leurs engagements s’inscrivent dans une démarche de fusion des services municipaux avec ceux de la municipalité voisine.  «Je pense que cette élection va passer à l’histoire, soutient M. Fredette.  On veut faire de la fusion notre priorité.  Il faut aller de l’avant pour le bien de la communauté, pour avoir une voix plus forte.  On ne peut pas être à contre-courant.  C’est l’avenir.»

M. Fredette cite l’exemple des caisses populaires qui ont fusionné de même que les commissions scolaires.  «J’ai participé à deux fusions de commissions scolaires.  J’étais le président d’un comité de 55 parents.»

Il précise toutefois qu’une étude de faisabilité devra d’abord être réalisée et que la décision finale se prendra en fonction des résultats obtenus.  «On veut faire une fusion progressive en attendant une étude de faisabilité.  On ne fera pas l’unanimité parfaite, mais on veut ramener l’harmonie, affirme M. Fredette. Les jeunes, c’est notre relève et on le fait pour eux autres.»

Guy Pomerleau, qui se présente à titre de conseiller pour l’équipe CN, est aussi d’avis qu’il faudra attendre les résultats d’une telle étude, mais il est persuadé qu’une fusion présenterait des avantages pour les deux municipalités.  «On pourrait ne pas faire de fusion, en fonction de l’étude de faisabilité, mais on est confiants des résultats.  On est une communauté, mais deux entités administratives et Bertrand est celui qui va faire que ça marche.  Il a les armoiries de Napierville tatouées sur le cœur.»

Fusion du service des loisirs et entente sur le déneigement

Parmi les engagements que propose l’équipe CN, figure la fusion des services de loisirs des deux municipalités.  «C’est un non-sens que ce ne soit pas déjà fusionné, estime M. Pomerleau.  On paye deux fois des annonces pour faire des activités en même temps.»

L’équipe CN propose que les deux municipalités concluent une entente conjointe de déneigement.  La déneigeuse de la municipalité de St-Cyprien doit traverser Napierville pour nettoyer ses routes qui se trouvent à l’autre extrémité du village.  Cependant, elle ne nettoie pas les routes qu’elle emprunte dans Napierville.  Une entente conjointe permettrait d’améliorer le service et de réduire les coûts, croit M. Fredette. 

Construction et sécurité ferroviaire

S’il est élu, M. Fredette compte attirer de nouvelles familles et encourager les gens à s’établir à Napierville.  «Je connais un gars qui voulait investir 500 000$ pour un garage, mais on lui a dit qu’on ne voulait pas d’un garage en tôle à Napierville.  Je veux augmenter mon bassin domiciliaire.»

Concernant la sécurité ferroviaire, un des engagements de l’équipe CN est de faire installer des barrières aux passages à niveau.  «On a le même train qu’à Mégantic.  Ce n’est pas la même compagnie, mais ce sont les mêmes wagons.  On a l’autoroute du chemin de fer à Napierville.»

Les écoles et les loisirs

M. Fredette veut améliorer l’organisation de l’espace autour des écoles.  Il compte notamment aménager un débarcadère pour permettre de libérer la rue de l’Église et faciliter le déplacement des autobus.

À plus long terme, il projette de créer un espace où toutes les infrastructures de loisirs seraient réunies à un même endroit, près des écoles.  «Avec une ville fusionnée, on pourrait construire un complexe multisport, comme le PEPS (pavillon de l’éducation physique et des sports) de l’université Laval, explique M. Fredette.  On pourrait y intégrer une bibliothèque, un gymnase, une piscine intérieure et peut-être un auditorium.  Avec l’école à côté, ce serait tout ficelé.»  M. Fredette croit qu’une ville fusionnée aurait beaucoup de facilité à faire des demandes de subventions auprès du gouvernement et de la commission scolaire.

L’emploi et la planification avec St-Cyprien

En ce qui a trait à l’emploi, M. Fredette considère que la municipalité devrait favoriser les entreprises locales, afin d’encourager les commerçants de la région.

Il considère aussi que les deux municipalités doivent se coordonner afin de parler d’une voix commune dans certaines instances comme la MRC par exemple, en attendant d’être fusionnées.

Fusion progressive

M. Fredette estime qu’une fusion n’entraînerait pas de mise à pied.  Pour cette raison, il admet qu’il n’est pas possible de faire d’économies d’échelle dans les deux premières années d’une fusion.

Ils ont élaboré un scénario où il y aurait des départs volontaires des deux côtés.  Ils comptent former un conseil avec huit conseillers ainsi qu’un maire et un promaire, qui pourront partager la tâche.  «Le processus est déjà déterminé par le gouvernement.  Il fait des recommandations.  Il y a de l’arbitrage, un comité de fusion et un comité de transition», explique M. Pomerleau.

Il prévoit être en mesure de fusionner les services des loisirs dès la première année.  «Pour le côté administratif, ce sera difficile de fusionner en deux ans, estime M. Fredette, mais ce sera fait dans le premier mandat.  L’objectif, c’est que les gens se rallient à la majorité.  La ville doit se développer.  Les jeunes doivent travailler.  Ils vont venir s’installer ici.»

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires