Débordement des fosses à lisiers: Québec permet aux agriculteurs d’épandre du lisier en décembre

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Débordement des fosses à lisiers: Québec permet aux agriculteurs d’épandre du lisier en décembre
Exceptionnellement, les agriculteurs peuvent épandre du lisier dans les champs en ce mois de décembre, pour éviter le débordement de leurs fosses à lisier au printemps. (Photo : Canada Français - Archives)

AGRICULTURE – En raison d’un printemps tardif et de l’hiver hâtif qui ont empêché certains agriculteurs d’épandre leurs lisiers, le gouvernement du Québec leur permet, de manière exceptionnelle, de procéder à un épandage hors saison, en décembre 2019.

Cette mesure vise à empêcher un débordement des fosses à lisiers d’ici au printemps 2020, ce qui pourrait contaminer des cours d’eau environnants. C’est ce qu’ont annoncé le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, et le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, de concert avec l’Ordre des agronomes, le 2 décembre.

Conditions

Des conditions strictes sont imposées aux agriculteurs qui voudront procéder à un tel épandage hors saison.

Ces derniers doivent d’abord explorer toutes les alternatives possibles, dont le transfert du lisier vers une fosse disponible dans leur région.

Seuls les volumes permettant d’éviter un débordement d’ici au printemps 2020 pourront ainsi être épandus en décembre.

Cet épandage devra être fait sous la supervision d’un agronome. Par la suite, l’agriculteur devra présenter un plan de rétablissement pour un retour à la conformité environnementale dès 2020, en collaboration avec un agronome.

Les agriculteurs doivent aussi s’assurer qu’il n’y a aucun écoulement de lisier vers les cours d’eau, sous peine de sanctions.

«Les aléas de la météo sont bien réels sur les pratiques agricoles. Il en résulte parfois des problèmes, comme c’est le cas ces jours-ci avec les trop-pleins appréhendés de lisiers, indique le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne. Je suis heureux que nous ayons pu trouver une solution ponctuelle pour cet automne 2019, mais le gouvernement du Québec s’engage à aller plus loin. Nous allons évaluer les mesures à développer à court, à moyen et à long terme afin de prévenir une telle situation et appuyer, dans la gestion de leurs lisiers, celles et ceux qui nourrissent notre monde.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Roger
Roger
3 années

On va renommer nos cours d’eau en Rivière Brune !