Démantèlement d’un laboratoire clandestin à Napierville

Démantèlement d’un laboratoire clandestin à Napierville

Les enquêteurs ont saisis plusieurs comprimés de drogue de synthèse dans l’appartement situé sur la rue Labrie

Une opération policière menée par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a permis de démanteler un laboratoire clandestin de fabrication de comprimés de drogue de synthèse, tôt ce matin, rue Labrie, à Napierville.  Plus de 30 000 comprimés ont été saisis, de même qu’une presse et des poinçons servant à leur fabrication. 

La division du crime organisé du SPVM avait reçu des informations concernant ce laboratoire clandestin de comprimés de drogue, dont la vente était destinée au territoire de Montréal.  Jusqu’à présent, 11 personnes ont été arrêtées, 9 hommes et 2 femmes, âgés de 20 à 45 ans.  Ils sont actuellement détenus et rencontrés par les enquêteurs.

Réveil brutal pour les résidents de la rue Labrie

«Il y avait 15 ou 20 chars de police sur la rue, vers 6h ce matin, raconte un des résidents de la rue Labrie que nous avons rencontré.  Le blindé du SWAT était là et ils ont fait le tour de la maison avec des chiens.»  Marc-André Labrie, le propriétaire de cet appartement, nous confiait que ce locataire avait emménagé depuis seulement trois semaines.  «Il n’avait pas l’air d’un enfant de choeur», a-t-il souligné.

«Les policiers sont d’abord venus cogner chez moi, explique Éric Carrière, père de trois enfants, qui habite dans la plus grande partie de ce cottage qui est divisé en deux logements.  Je suis aussitôt parti chez ma mère parce que je ne voulais pas que les enfants voient ça.»  Questionné à propos de son voisin, M. Carrière nous a confirmé qu’il venait tout juste de s’établir.  «Ils ont de la misère à louer ce logement.  Il était là depuis seulement un mois.  Il me disait salut.  Il n’a jamais fait de trouble.  Il était tout le temps correct.»

Une transaction de drogue dans la cour du SPVM

L’opération a débuté hier soir dans le stationnement du centre commercial Place Versailles qui, ironiquement, abrite les bureaux de la division d’enquête du crime organisé du SPVM.  Trois suspects, à bord de leur véhicule, avaient choisi cet endroit pour effectuer une transaction de drogue.  Deux véhicules de police ont tenté de les intercepter, mais les suspects ont foncé sur un policier, qui se dirigeait vers eux.  Plusieurs coups de feu ont été tirés, dont un par les policiers.  Les suspects ont finalement été arrêtés, sans être blessés.  Quant au policier happé par la voiture des suspects, il n’a subi que des blessures mineures aux jambes et il a rapidement reçu son congé de l’hôpital. 

Ces arrestations ont permis aux enquêteurs de procéder à cinq perquisitions de mercredi soir à jeudi matin, à Napierville, mais aussi à St-Denis-sur-Richelieu, McMasterville et St-Basile.  Selon Dany Richer, porte-parole du SPVM, les policiers ont saisi de la cocaïne, de la kétamine, des pilules, de la marijuana, une arme à feu chargée et des munitions ainsi qu’un pistolet électrique.  Les suspects font face à plusieurs chefs d’accusation dont ceux de production de stupéfiants, de possession en vue d’en faire le trafic, de complot, d’agression armée, de possession d’arme prohibée chargée et de trafic de stupéfiants.  D’autres accusations sont à venir.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires