Deux hommes sont arrêtés pour le meurtre d’Yvan Monti

Par Louise Bedard
Deux hommes sont arrêtés pour le meurtre d’Yvan Monti

Cadavre retrouvé vendredi dernier Deux hommes ont comparu mercredi, au palais de justice de Saint-Jean, relativement au meurtre d’Yvan Monti. Le corps de la victime a été retrouvé vendredi sur le chemin des Érables, à Brigham. La victime, un homme de 54 ans, de Hemmingford, n’avait pas été vue de ses proches depuis le mois d’octobre. Daniel Gilbert, 50 ans, a été arrêté mardi à son domicile de Hemmingford. Il est soupçonné du meurtre non prémédité de Monti. Le crime aurait été commis à Hemmingford, entre le 1er octobre et le 15 janvier. Gilbert fait face aussi à l’accusation d’avoir commis un outrage au cadavre de la victime ou à ses restes, au cours de la même période. Il a été amené devant le juge Éric Simard pour comparaître. Il est gardé détenu. Toute requête pour une remise en liberté devra être présentée par la défense devant la Cour supérieure. La cause a été reportée au 15 février. Bissonnette Quant à Robert Bissonnette, un résident de Saint-Jean âgé de 48 ans, il a été arrêté vendredi soir à Montréal. Il a comparu une première fois lundi au palais de justice de Valleyfield. Il a été ramené hier à Saint-Jean. Il est soupçonné de complicité après le fait pour le meurtre de Monti. Il fait face aussi à l’accusation d’avoir commis un outrage au cadavre de la victime. De plus, Bissonnette est soupçonné d’avoir volé le véhicule de la victime et d’avoir fait un faux document, soit une fausse procuration pour obtenir le véhicule. La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté. Comme dans le cas de Gilbert, la défense doit présenter une requête devant la Cour supérieure pour demander sa remise en liberté. Me Patrick Lafrance, de la défense, a indiqué au tribunal que la Couronne lui avait transmis une partie de la preuve et il s’attend à recevoir d’autres documents aujourd’hui. À la demande de l’avocat de la défense, le juge a recommandé aux services correctionnels que Bissonnette puisse recevoir les soins appropriés à sa condition physique. La cause a été reportée au 17 février. Mentionnons que Bissonnette était déjà en attente de procès pour vol et recel. Il devait se présenter devant la cour le 12 mars. Enquête L’enquête policière menée par l’unité des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, en collaboration avec le Service de police de Saint-Jean, a débuté en octobre. Elle se poursuit toujours. Des expertises doivent être effectuées sur la dépouille, indique la sergente Ingrid Asselin de la Sûreté du Québec. Une querelle aurait possiblement éclaté entre les trois hommes, mentionne aussi la porte-parole de la SQ. Les trois individus en cause étaient connus des policiers.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires