Du cidre de glace en route pour la Chine

Du cidre de glace en route pour la Chine
L’entreprise de Hemmingford travaille actuellement avec un importateur pour vendre ses produits aux États-Unis.

Il y a quelques semaines à peine, une première cargaison de 3 000 bouteilles de cidre de glace, le Du Minot des Glaces et de cidre de glace mousseux, le Crémant de Glace, de la Cidrerie du Minot, était expédiée en Chine.

L’entreprise familiale veut élargir le bassin d’amateurs de cet élixir, qui est fait à partir des «meilleures pommes au monde», selon Alan Demoy, copropriétaire de la Cidrerie du Minot.  Mais pas à tout prix.

Des agents de l’entreprise chinoise qui achète leurs produits, sont basés au Québec.  C’est par le biais du Salon des métiers d’art de Montréal qu’ils ont découvert leur cidrerie.  «Ils veulent diversifier leurs alcools, explique M. Demoy.  Ils veulent réduire la consommation d’alcools fabriqués à partir du riz, pour que le riz serve d’abord à nourrir la population.»

M. Demoy revient tout juste de la Chine.  C’est que le gouvernement chinois l’a invité à participer à un Salon afin de les aider à mieux connaître ses produits.  «C’est un produit intéressant et il y a une clientèle pour ça, explique-t-il.  Ils sont plus d’un milliard de personnes.  Nous n’avons pas besoin de rejoindre beaucoup de monde pour avoir un marché.» 

M. Demoy estime qu’environ 3% à 4% de la population pourrait être intéressé par leurs produits, ce qui représente environ 30 millions de personnes.  La clientèle visée se situe dans les grands centres urbains, comme Pékin ou Hong Kong et les grands hôtels.  «C’est une clientèle riche.  Ça se vend 30$ ou 40$ la bouteille, là-bas», soutient M. Demoy.

Exportation

Si la Cidrerie du Minot est présente en Chine, c’est d’abord parce que cette entreprise chinoise est venue à eux.  «C’est eux qui nous ont approchés pour vendre nos produits, dit M. Demoy.  Notre philosophie, c’est de ne pas chercher à exporter à tout prix.  C’est beaucoup d’ouvrage l’exportation.  Ça se développe à travers les années.  Il faut que tu voies où tu veux mettre tes énergies.  On veut faire ça tranquillement.  On veut toujours garder la même qualité de produits.»

L’entreprise des Demoy compte environ 14 000 pommiers et ils produisent environ 10 000 bouteilles de cidre de glace annuellement.  Leurs ventes croissent année après année au Québec et leur capacité de production n’est pas encore à saturation.  «Notre priorité, c’est d’avoir une bonne position sur le marché québécois, soutient M. Demoy.  Il y a de plus en plus de concurrence dans les cidres d’ici, d’où l’importance de bien travailler notre marché local.»

«Plus grands que nature»

Le 4 février prochain, la Cidrerie du Minot sera la tête d’affiche de l’émission «Plus grands que nature», diffusée au canal Historia, à 19h.  Dans cet épisode, dont le thème est «Les amoureux du terroir», Robert Demoy présentera la petite histoire du cidre au Québec.

La Cidrerie du Minot fait partie de l’histoire du cidre, puisqu’il s’agit de la première cidrerie artisanale au Québec.  Ils ont obtenu leur permis en 1988.  «Mes parents sont d’origine bretonne et chacun, dans leur famille respective, faisait du cidre, explique M. Demoy.  Quand ils sont arrivés au Québec et qu’ils ont vu la qualité des pommes, mon père n’a pas pu faire autrement que de faire du cidre.» 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires