« Du gros brasse-camarades ! »

Le coureur automobile Martin Roy a terminé sixième lors du Grand Prix de Trois-Rivières qui se déroulait le dimanche 11 août dernier. L’homme de Napierville a su compléter la course malgré une collision qui a endommagé son véhicule.

« Je bataillais pour la première place contre Jacques Villeneuve, Alexandre Tagliani et un des frères Dumoulin. On s’échangeait ça et il y a eu un accrochage entre Dumoulin et Tagliani. J’ai été impliqué sans le vouloir. Ça a fait des dommages à la carrosserie et ça a affecté mon aérodynamisme », raconte le pilote.

À la suite de la collision, Martin Roy a dû adapter sa conduite pour conserver sa position. « En ligne droite, j’allais moins vite que les autres. J’étirais mon avance dans les virages, mais je la perdais après. »

Malgré tous ces imprévus, le pilote s’en est très bien tiré tout au long de la course. Il a toutefois vu son avance réduite à trois tours de la fin. « Je suis resté longtemps deuxième, puis troisième. Mais Andrew Ranger a tenté un dépassement hors du commun. Pour sauver les deux machines, j’ai cédé le passage. Ça m’a relayé en cinquième ou sixième place. J’ai réussi à finir, mais des morceaux de body en moins ! », lance-t-il énergiquement.

Avec 29 saisons de course derrière la cravate – dont deux sur les circuits de NASCAR –, Martin Roy est en mesure de dire que le Grand Prix de Trois-Rivières a été bien mouvementé, cette année. « C’est sûr que les courses de NASCAR sont toujours pleines de rebondissements. Ce sont les meilleurs pilotes du Canada. Et on est reconnus pour donner d’excellents spectacles. Mais là, il y a eu du gros brasse-camarades ! Ça fait partie de la course. Il y avait beaucoup de testostérone sur la track », rigole-t-il.

Le coureur automobile tente de garder de bons souvenirs de son passage sur le circuit urbain du Grand Prix de Trois-Rivières. « C’est malheureux de voir des gars comme Ranger ou Tagliani qui frappent à peu près tout le monde sur la track. Tagliani a détruit son char au complet et je trouve ça plate de la part d’un gars qui court dans des grosses séries. Mais si on reste positifs, c’est sûr que la course était super intéressante. Les gens en ont eu grandement pour leur argent. On a donné un bon spectacle et, de façon générale, on se respecte entre nous. C’est resté une course propre », souligne-t-il.

Au final, le public a beaucoup apprécié la participation de Martin Roy. « J’aurais dû finir honnêtement troisième ou quatrième et les gens l’ont vu. Les fans qui étaient présents ont aimé ma course. Ils nous suivent à l’année à la télévision et pendant le Grand Prix de Trois-Rivières, ils peuvent venir nous voir. C’est toujours un bel événement », s’enthousiasme le coureur.

Ce dernier est non seulement heureux d’avoir pu rencontrer quelques-uns de ses fans, mais aussi de s’être mesuré aux grands de la course automobile. « Courir avec Jacques Villeneuve, ça m’a fait un velours. Son père a lancé sa carrière en 1976 à Trois-Rivières. C’est vraiment une idole de jeunesse. Et batailler avec son fils, sur la même piste, pour les premières positions, c’était assez marquant. »

En franchissant le fil d’arrivée, Martin Roy a complété la huitième ronde de la série NASCAR Canadian Tire. Quatre autres courses suivent le Grand Prix de Trois-Rivières. « Mon objectif, c’est de finir dans le top 5 des Championnats canadiens. Cette saison-ci, ça fait plusieurs que j’échappe. À Saint-Eustache, j’étais premier et j’ai eu un accrochage avec des retardataires. J’ai été obligé de m’arrêter. Deux autres fois, le moteur a lâché. Mais je connais la chanson et il reste encore des gros événements ! »

La série NASCAR Canadian Tire se poursuit !

  • 17 août : Riverside International Speedway à Antigonish, Nouvelle-Écosse.
  • 1er septembre : Canadian Tire Motorsport Park à Bowmanville, Ontario.
  • 7 septembre : Barrie Speedway à Oro, Ontario.
  • 21 septembre : Kawartha Speedway à Fraserville, Ontario.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires