Épandage de vaccins pour lutter contre la rage

Épandage de vaccins pour lutter contre la rage
Le gouvernement procède à la vaccination des ratons laveurs dans la région.

VACCINATION. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs poursuit son combat contre la rage du raton laveur avec l’épandage de vaccins. Les équipes seront sur le terrain à partir du lundi 17 août.

L’opération de contrôle commencera, alors que des avions gouvernementaux survoleront les terres agricoles (17 au 23 août). Ils largueront près de 380 000 appâts vaccinaux en Montérégie et en Estrie.

Les municipalités d’Hemmingford, Lacolle, Noyan, Saint-Bernard-de-Lacolle, Saint-Georges-de-Clarenceville, Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, Saint-Patrice-de-Sherrington, Saint-Valentin et Sainte-Clotilde seront touchées par cette intervention aérienne.

Des appâts vaccinaux ayant l’apparence de raviolis vert olive seront déposés en zones boisées. En raison de leur couleur, ils se fondent dans l’environnement et sont difficiles à repérer au sol. Conçus pour résister à l’impact aérien, ils libèrent leur liquide vaccinal seulement quand ils sont perforés par les dents d’un animal.

Boisés

Ce large territoire couvert, les techniciens passeront à l’épandage manuel du vaccin. Dès le 24 août, il sera possible de les voir se promener près des fossés en région agricole, sur les rives de la rivière Richelieu ou encore près des résidences. Des appâts pourraient même être laissés près des poubelles de certains citoyens.

L’épandage manuel se fera jusqu’au 6 septembre. Les équipes laisseront près de 325 000 appâts vaccinaux dans l’environnement. Outre Napierville, les municipalités d’Hemmingford, Lacolle, Noyan, Saint-Bernard-de-Lacolle, Saint-Blaise-sur-Richelieu, Saint-Cyprien-de-Napierville, Sainte-Clotilde, Saint-Édouard, Saint-Georges-de-Clarenceville, Saint-Jacques-le-Mineur, Saint-Michel, Saint-Patrice-de-Sherrington, Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, Saint-Rémi et Saint-Valentin sont ciblées.

Cas

Depuis 2009, aucun cas de rage du raton laveur n’a été découvert au Québec. Toutefois, une étude de simulation menée par le comité scientifique a démontré qu’en cas d’arrêt des interventions de contrôle, l’immunisation des ratons laveurs reviendrait à la case départ. Cela s’explique par le taux de renouvellement de cette population qui est d’environ 40% par année.

À cela s’ajoute le risque de voir un animal porteur de la rage pénétrer en sol canadien. Des cas sont encore rapportés au Vermont. Dans cet état, 11 bêtes ont été trouvées porteuses de la maladie en 2015. C’est toutefois moins qu’à pareille date l’an passé, où on en comptait déjà 35.

Signalisation

Pour assurer le succès de l’intervention, les citoyens des régions visées sont invités à suivre quelques consignes. En cas de contact avec un appât perforé ou brisé, les gens sont priés d’appeler le service Info-Santé au 8-1-1. On demande de ne jamais approcher les animaux inconnus. En cas de morsure, laver la plaie à grande eau et au savon pendant dix minutes et communiquer avec Info-Santé.

Les citoyens sont invités à signaler les animaux désorientés, paralysés ou anormalement agressifs en joignant le Ministère au 1 877 346-6763 ou encore en remplissant le formulaire de signalement en ligne à l’adresse rageduratonlaveur.gouv.qc.ca.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires