Handball: quatre joueurs de Saint-Rémi représentent le Québec en Espagne

Handball: quatre joueurs de Saint-Rémi représentent le Québec en Espagne

Les quatre joueurs de Saint-Rémi qui ont participé au tournoi en Espagne lors de leur départ à l'aéroport, le 21 juin: Thomas Pigeon, Loïc Rancourt, Anthony Boyer et Charles-Anthony Barbeau.

Crédit photo : gracieuseté

SPORT – Thomas Pigeon, Loïc Rancourt, Anthony Boyer et Charles-Anthony Barbeau, âgés de 15 et 16 ans, de Saint-Rémi, ont été sélectionnés pour représenter le Québec lors d’une compétition de handball qui avait lieu en Espagne, au début du mois de juillet.

Ils ont été sélectionnés pour former une équipe qui représente la province dans ce tournoi qui regroupait 66 équipes de 15 pays.

Pour Anthony Boyer, il s’agissait d’une première expérience à l’étranger. Il jouer habituellement au sein d’une équipe à son école secondaire, la Magdeleine, à La Prairie, ainsi que dans l’équipe Champlain, formée de joueurs de la Rive-Sud.

«On a gagné trois parties et en avons perdu deux, dit-il. On a terminé troisième de notre pool. Nous avons ensuite affronté une équipe qui était en première position de son pool et nous avons perdu. On a terminé la compétition en 32e position sur 66.»

Avant de prendre part à la compétition à Granollers, en Espagne, ils ont fait un arrêt en France pour affronter une équipe qui était venue jouer au Québec en avril.

Anthony Boyer, portant le numéro 5, en pleine action.

Parcours

L’an prochain, Anthony Boyer passera de la catégorie cadet à juvénile.

«L’année prochaine, le tournoi aura lieu au Portugal, explique le joueur d’arrière droit. Je vais aussi être admissible pour faire partie de l’équipe nationale. En 2019, ils participeront au championnat panaméricain pour se classer pour les championnats mondiaux.»

Le camp de sélection de l’équipe nationale se tiendra au mois d’août.

«L’entraîneur qu’on avait en Espagne est aussi l’entraîneur de l’équipe nationale, précise Anthony Boyer. Il a dit qu’il allait continuer à suivre notre cheminement pour savoir s’il allait avoir besoin de nous.»

Poster un Commentaire

avatar