Indice de défavorisation des écoles: sept écoles considérées moins défavorisées par rapport à l’année dernière

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Indice de défavorisation des écoles: sept écoles considérées moins défavorisées par rapport à l’année dernière
(Photo : Depositphotos)

ÉDUCATION – Des dix écoles primaires et secondaires de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries(CSDGS) qui se trouvent sur le territoire couvert par le Coup d’œil, sept sont considérées comme moins défavorisées en 2019-2020 par rapport à l’année 2018-2019. Ce classement a un impact sur les ressources consenties aux écoles, comme les budgets et le personnel, ou encore le nombre maximal d’élèves que l’on compte dans les classes.

Toutes les écoles du Québec sont classées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, sur une échelle de 1 à 10. Le rang 1 est considéré comme le plus favorisé et le rang 10, le plus défavorisé. Cette échelle se nomme l’indice de milieu socio-économique (IMSE).

L’IMSE est composé de deux variables, soit la sous-scolarisation de la mère et l’inactivité des parents. Les recherches montrent que ce sont ces deux variables qui ont le plus d’impact sur la non-réussite scolaire.

Ainsi, les Commissions scolaires allouent des budgets et du personnel en fonction de l’IMSE. De la même façon, le nombre maximal d’élèves que l’on peut compter dans une classe est déterminé par cet indice. Une école en milieu défavorisé aura des classes moins nombreuses qu’en milieu favorisé.

Portrait des écoles

Les écoles primaires Saint-Romain (Hemmingford), Daigneau (Napierville), Saint-Édouard (Saint-Édouard), Saint-Michel-Archange (Saint-Michel), et Saint-Viateur-Clotilde-Raymond (Saint-Rémi), sont considérées comme étant moins défavorisées en 2019-2020, qu’elles ne l’étaient en 2018-2019.

Il en est de même pour les deux écoles secondaires du territoire, soit Louis-Cyr (Napierville) et Pierre-Bédard (Saint-Rémi).

Seule l’école Saint-Bernard (Saint-Bernard-de-Lacolle) a vu son niveau de défavorisation augmenter, son indice passant de 6 à 7.

À l’école Saint-Patrice (Sherrington) et Sainte-Clotilde (Sainte-Clotilde), les indices sont restés inchangés, respectivement à 9 et à 10.

Les IMSE appliqués à l’année scolaire 2018-2019 ont été calculés à partir de données provenant du recensement canadien de 2006, tandis que les IMSE appliqués pour l’année 2019-2020 ont été calculés en tenant compte des données du recensement de 2016, précise Hélène Dumais, responsable des communications à la CSDGS.

Impacts

En changeant d’échelon de l’IMSE, certaines écoles primaires ont vu le nombre d’élèves augmenter dans les classes.

Ainsi, en 2019-2020, le nombre maximal d’élèves par classes pour les écoles dont l’IMSE est de 9 et 10 est de 20.

Par contre, pour les écoles dont l’IMSE est de 1 à 8, le ratio maître-élèves change, passant à 22 élèves, en 1re année, 24 élèves, en 2e année, et 26 élèves, de la 3e à la 6e année.

Le comité de répartition des ressources de la CSDGS veille à ce que cette répartition soit juste et équitable entre les établissements et les services, en tenant compte de l’IMSE, mais il ne s’agit pas du seul critère avec lequel travaille la CSDGS.

-Hélène Dumais, responsable des communications à la CSDGS

En ce qui concerne le préscolaire 4 ans et 5 ans, les ratios restent inchangés, indépendamment de l’IMSE, le nombre maximal d’élèves par classe étant respectivement de 17 et 19.

L’IMSE n’a cependant pas d’impact sur les ratios au secondaire.

La CSDGS assure que son comité de répartition des ressources alloue les ressources aux écoles en fonction de l’IMSE, mais il le fait dans un souci d’équité. Mis à part l’IMSE, d’autres critères sont évalués pour déterminer de quelle façon les ressources sont attribuées aux écoles, comme le nombre d’élèves, la superficie de l’établissement, les différentes catégories d’élèves à desservir, et plus encore.

«Outre un possible changement de ratio maître-élève, la répartition des ressources pourrait être différente, convient Mme Dumais. Cependant, il est à noter que la CSDGS s’assure d’une répartition juste et équitable des ressources, laquelle tient compte des caractéristiques de la clientèle ou de la situation particulière du milieu. Cette volonté est d’ailleurs inscrite dans une politique de répartition des ressources.»

Évolution de l’IMSE des écoles de la CSDGS

Écoles IMSE 2018-2019 IMSE 2019-2020
Saint-Romain

6

4

Daigneau

7

6

Saint-Bernard

6

7

Saint-Édouard

9

5

Saint-Patrice

9

9

Saint-Michel-Archange

7

4

Saint-Viateur-Clotilde-Raymond

8

7

Sainte-Clotilde

10

10

Louis-Cyr

8

6

Pierre-Bédard

8

5

Source: Commission scolaire des Grandes-Seigneuries

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires