Le maire de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay en colère contre le MTQ

Des agriculteurs ont eu une bien mauvaise surprise, il y a quelques jours, lors de leur passage sur le pont du Rang 3, à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay. Depuis que le ministère des Transports (MTQ) a entamé des travaux sur ce pont, le jeudi 15 août dernier, une restriction de charge y est effective, ce qui leur a valu des amendes salées, parfois de plusieurs milliers de dollars. Outré, le maire de la petite municipalité dénonce la façon de faire du MTQ, arguant que les citoyens ont été victimes de l’affichage anormalement discret.

« Je ne comprends pas comment ils fonctionnent ! Depuis 2010 que je rencontre le ministère des Transports du Québec au sujet du pont du Rang 3, pour savoir quels travaux doivent être faits. On me dit que ce n’est pas prioritaire. Et là, du jour au lendemain, on décide que c’est trop dangereux de circuler dessus et on change le tonnage », soutient Clément Lemieux, maire de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay. « Tant mieux si les travaux se font, mais est-ce qu’on peut avertir les citoyens avant de leur donner des tickets ? »

Ces citoyens qui ont reçu des contraventions sont des agriculteurs habitués de circuler sur le pont du Rang 3 et qui n’ont pas vu les panneaux annonçant la nouvelle restriction de charge. Ces derniers ont été installés le mercredi 14 août, soit la veille du début des travaux. « Maximum cinq tonnes. C’est rien ! Avec des tracteurs pleins de carottes, c’est sûr que tu dépasses », souligne M. Lemieux. Nathalie Ouellet, du bureau de Contrôle routier Québec à Saint-Jean-sur-Richelieu, précise que « cinq constats d’infraction ont été émis sur le pont du Rang 3 depuis le 15 août ».

« J’ai reçu une contravention d’un peu plus de 5 000 $ », raconte un cultivateur de la région, sous le couvert de l’anonymat. Habitué de livrer sa marchandise à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, l’homme a emprunté le Rang 3, comme il le fait toujours. « Supposément que c’était écrit. Mais le panneau qui dit « nouvelle signalisation » n’était pas là », se rappelle-t-il. « Si le pont est si dangereux que ça, pourquoi ils ne m’ont pas arrêté avant que je passe, pour me dire de virer de bord ? Ou au moins me donner un avertissement. Mais ils m’attendaient de l’autre côté ! » Désormais, l’agriculteur emprunte un autre chemin pour livrer sa marchandise, même s’il perd ainsi du temps. « Je vais le contester, c’est sûr. Mais je ne sais pas ce que ça va donner. »

Pour sa part, le maire de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay dit trouver inconcevable que « les panneaux ne soient pas voyants ». « C’est indiqué qu’il y a une limite de cinq tonnes, mais sur des panneaux blancs. Quand les citoyens ont eu des contraventions, il n’y avait même pas d’affiche jaune pour dire qu’il y avait une nouvelle signalisation », s’insurge-t-il. Cela a pris près d’une semaine avant que des employés du ministère des Transports (MTQ) reviennent sur le pont du Rang 3 pour installer un deuxième panneau de signalisation, sous celui marquant le changement de tonnage. Cette fois, les automobilistes pouvaient lire « nouvelle signalisation » sur un panneau jaune. Une porte-parole du MTQ rappelle qu’il n’est « pas obligatoire de mettre ce type de panneau » et qu’habituellement, « on les utilise lorsqu’il y a un nouveau panneau d’arrêt, un changement de sens unique ou encore des feux de circulation ». 

Questionnée au sujet du délai séparant la mise en place des deux panneaux sur le Rang 3, une porte-parole du ministère des Transports a simplement répondu que « le deuxième panneau a probablement été installé à titre complémentaire ». Le maire de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, Clément Lemieux, croit quant à lui que c’est sa rencontre avec le MTQ, le lundi 19 août, qui a mené à l’installation du second panneau, le lendemain.

Inspection du pont

La décision du MTQ d’effectuer des travaux sur le pont du Rang 3 cet été a quelque peu surpris Clément Lemieux. Dans une lettre qui lui est adressée, envoyée le 2 septembre 2011 par le ministère des Transports, on l’informe que des « délais significatifs » empêcheront la réfection du pont pour l’année 2012. « On me disait que la priorité, c’était le pont Maher. Ils viennent de commencer à le faire et là, c’est comme si le pont du Rang 3 était devenu dangereux du jour au lendemain… Ils sont passés à côté de quelque chose quand ils ont fait l’inspection, parce que ça ne devient pas une urgence de même », suspecte le maire de Sainte-Clotilde-de-Châteauguay.

Un employé participant aux travaux sur le pont du Rang 3 a d’ailleurs confié n’avoir jamais vu un pont dans un état aussi lamentable. « D’après moi, je n’étais même pas né et ça commençait déjà à se défaire. Si tu regardes la poutre centrale, c’est complètement grugé. C’est dangereux ! »

Selon une porte-parole du ministère des Transports, le pont du Rang 3 aurait été inspecté pour la dernière fois en juillet 2013. « Il y a les évaluations annuelles, puis les générales, qui se font aux deux ou trois ans. L’évaluation structurale a eu lieu récemment et elle indiquait des dommages au niveau de la poutre centrale. Je ne peux pas m’avancer sur l’état de la structure en 2011 et 2012. Mais les inspections sont faites de façon périodique. C’est une routine qu’on suit à la lettre. »

Quoi qu’il en soit, si tout se déroule bien, les travaux devraient être terminés au cours des prochains jours. « On ne connaît pas la date précise, mais une fois les travaux finis, la restriction de charge sera levée », indique le MTQ. La réfection du pont du Rang 3 a engendré des coûts de 40 000 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires