Le savoir-faire européen en plein cœur de Lacolle

Août 1985. Stefan Frick et sa femme, Walburga, quittent l’Allemagne avec leurs trois enfants en direction d’un petit village québécois dont ils ne connaissent que le nom… Véritable terre de promesses, Lacolle est une source d’espoirs pour toute la famille, qui compte y réaliser son rêve : tenir une boucherie et confectionner des charcuteries selon les méthodes européennes traditionnelles.

« Mes parents auraient aimé ouvrir une boucherie en Allemagne. Mais en Europe, ce n’est pas possible. Il y a trop de compétition, tout est trop cher. Et c’était aussi un rêve de venir au Canada. » Tobias Frick est le fils aîné de Stefan et Walburga. Quand il a mis les pieds pour la première fois dans la province, il n’avait que dix ans. Aujourd’hui, il est responsable de la production au sein de l’entreprise familiale, la Charcuterie Stefan Frick. « On offre 180 produits différents, tous entièrement faits ici. Sans compter ce qu’on importe d’Europe… J’adore ce que je fais », s’exclame-t-il fièrement.

Le commerce du 69, rue de l’Église est maintenant bien implanté dans le village de la Montérégie. Toutefois, cela n’a pas toujours été facile. « Quand t’arrives, tu commences à zéro. On ne parlait ni français ni anglais. Le seul mot que je connaissais, en français, c’était boucherie », se souvient Tobias. « Peu à peu, on a appris. Avec le temps, on s’adapte au marché et on en vient à connaître les produits qui fonctionnent mieux ici. »

Il faut dire qu’au fil du temps, le comptoir de la boucherie s’est rempli d’une variété toujours plus grande de charcuteries. « Au début, on n’avait pas 80 sortes de saucisses, mais on a évolué. On essaie des choses et quand les gens aiment, on les garde. » Les produits de la Charcuterie Stefan Frick se sont d’ailleurs diversifiés en partie grâce à la clientèle. « Au début, à Lacolle, il y avait des Allemands et des Suisses, en plus des Québécois. Mais aujourd’hui, il y a de plus en plus de gens de la région qui viennent de l’Europe de l’Est. On intègre des choses qui leur plaisent : des salamis hongrois, des marinades, des produits de Pologne ou de Roumanie… »

Ce qui n’a pas changé depuis l’arrivée de la famille Frick, toutefois, c’est la fraîcheur des produits qu’elle utilise, selon Tobias. « L’avantage de faire des charcuteries artisanales, c’est que tu vois ce qu’il y a dans tes saucisses parce que tu les fais. Nos saucisses échalotes et vin blanc, elles sont faites d’échalotes fraîches et de vin blanc. C’est aussi simple que ça ! Il n’y a pas de saveur artificielle et c’est ça qui est gagnant ! »

Forts de leurs succès, les Frick comptent bien continuer d’exploiter la boucherie pendant plusieurs années encore. « Ça fait presque vingt ans que je travaille là-dedans et je n’ai jamais fini d’apprendre. Les petits-enfants sont encore très petits. On va voir s’ils sont portés vers ça ! », lance Tobias, une lumière dans les yeux. « En tout cas, c’est vraiment tout un effort familial, mais aussi un effort du personnel. Sans eux, on ne réussirait jamais ! »

Joindre la Charcuterie Stefan Frick

• Par téléphone : (450) 246-3076

• En personne : 69, rue de l’Église Nord, à Lacolle

À lire aussi:

La Ferme Ullysses Caravias

Les Fraises Louis Hébert

La Maison Jaune

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires