Les policiers mettent en garde contre la fraude de type « grands-parents »

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Les policiers mettent en garde contre la fraude de type « grands-parents »
Les suspects ont recours à des stratagèmes variés pour arriver à leurs fins et soutirer de l'argent à leurs victimes.  (Photo : : gracieuseté - Éric Patenaude)

Actualité. Après avoir enquêté sur plusieurs dossiers de fraude de type « -grands-parents », en -Montérégie, les policiers de la -Sûreté du -Québec rappellent aux aînés quelques conseils de prévention pour réduire les risques d’être victimes de ce type de fraude.

Bien que les fraudeurs ont recours à des stratagèmes variés pour arriver à soutirer de l’argent à leurs victimes, ils utilisent souvent la même approche auprès de la personne âgée.

Ils communiquent avec un aîné par téléphone en se faisant passer pour son fils, son -petit-fils, un policier ou un avocat et ils demandent quelques milliers de dollars pour procéder à la libération de la personne présumée emprisonnée ou impliquée dans une collision.

Ils profitent ainsi de la vulnérabilité de la personne âgée pour lui mettre de la pression en jouant avec ses émotions. Dans certains dossiers récents que les policiers ont traités, ces fraudeurs sont même allés jusqu’à envoyer quelqu’un chercher l’argent chez la victime.

« C’est pourquoi il faut s’assurer de toujours faire les vérifications nécessaires avant de faire confiance à quiconque », rappelle la -SQ.

Quoi faire et ne pas faire

Voici quelques conseils de la -Sûreté du -Québec pour éviter d’être victime de fraude de type « -grands-parents ».

Ne remettez jamais d’argent à un inconnu ou à une personne dont vous n’avez pas vérifié l’identité.

Si un individu prétend agir au nom d’un organisme, communiquez directement avec l’organisme.

Ne divulguez jamais de renseignements personnels à un individu qui ne peut prouver sa légitimité.

Lorsque quelqu’un se montre trop insistant ou même insolent, par exemple, en exigeant une réponse -sur-le-champ, -posez-vous des questions et ne lui faites pas confiance.

Posez des questions personnelles auxquelles seul votre proche serait en mesure de répondre.

Appelez les parents, un autre membre de la famille ou des amis de la personne afin de vérifier la validité de l’histoire qui vous a été présentée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires