Montérégie-Ouest: le Centre d’insémination artificielle du Québec veut se rapprocher des producteurs

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Montérégie-Ouest: le Centre d’insémination artificielle du Québec veut se rapprocher des producteurs
Les producteurs de lait de la Montérégie-Ouest étaient invités à participer au lancement de ce projet-pilote lors de deux événements qui se sont tenus les 9 et 11 juillet 2019, dans deux entreprises laitières de la région, dont à la Ferme Surprenant, à Lacolle. (Photo : gracieuseté)

AGRICULTURE – Dans une volonté d’offrir un service plus personnalisé, le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ) met en place un projet-pilote, en Montérégie-Ouest, pour offrir des services de plus grande proximité et mieux adaptés aux besoins des producteurs de lait.  

Le CIAQ offre des services d’insémination, de vente de semences, de conseils génétiques et un service d’azote pour conserver la semence, dans le but d’améliorer les troupeaux de vaches laitières.

Ce projet-pilote vise à décentraliser le siège social provincial de façon à personnaliser l’approche auprès des clients de la Montérégie-Ouest. Lancé au mois de juillet 2019, il sera déployé pendant encore une année complète sur ce territoire.

On compte environ 300 fermes laitières en Montérégie-Ouest, estime Sylvain Boyer, directeur régional en Montérégie-Ouest au CIAQ. Ce territoire s’étend de la rivière Richelieu à la rivière des Outaouais, incluant le secteur de Châteauguay et les MRC des Jardins-de-Napierville, du Haut-Richelieu, Vaudreuil-Soulanges et le Roussillon. De ce nombre, le CIAQ compte environ 250 clients.

L’objectif est de tester le modèle, de s’adapter en cours de route et éventuellement, de l’exporter vers d’autres régions.

-Sylvain Boyer, directeur régional de la Montérégie-Ouest au CIAQ

«Nous sommes présents dans environ 250 fermes, mais on ne répond pas à 100 % de leurs besoins, précise M. Boyer. À travers les années, les producteurs ont perdu leur sentiment d’appartenance envers cette compagnie qui pourtant, leur appartient. Donner aux producteurs et productrices un encore plus grand sentiment d’appartenance, susciter un engagement et une participation dans un projet qui leur ressemble et qui répond à leurs besoins et à leurs objectifs, voilà où ce projet pilote prend tout son sens.»

Besoins locaux

Parmi les changements qui seront apportés, M. Boyer cite l’exemple de la tarification pour le service d’insémination qui était la même pour une ferme de 30 vaches ou de 300 vaches.

«La modulation de la tarification selon le volume des fermes, c’est demandé depuis longtemps, convient M. Boyer. Beaucoup de gens avaient délaissé le service d’insémination pour nos concurrents ou ils avaient décidé de le faire eux-mêmes. Là, on avait des pertes de revenus nets. On fait environ 30 000 inséminations par année en Montérégie-Ouest. Il y a cinq ans, c’était 35 000. On veut stopper la baisse pour au moins maintenir nos chiffres.»

De nouveaux services pourraient aussi être offerts dans le futur, comme de l’aide à la tenue de registre à la ferme ou encore de l’aide à la reproduction. «On a du personnel qui pourrait être dédié à ça», précise M. Boyer.

Le Centre d’insémination artificielle du Québec en chiffres

70

Le CIAQ compte plus de 70 ans d’existence.

270

Cette entreprise emploie plus de 275 personnes à travers le Québec.

3

Le CIAQ est la propriété de trois groupes de producteurs du Québec: les Producteurs de lait du Québec, le Conseil québécois des races laitières, et le Conseil provincial des cercles d’amélioration du bétail.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Infos du matin – 2020/02/04 | Infos du matin
2 années

[…] Montérégie-Ouest: le Centre d’insémination artificielle du Québec veut se rapprocher des produ… | coupdoeil.info, 1er février 2020 Dans une volonté d’offrir un service plus personnalisé, le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ) met en place un projet-pilote, en Montérégie-Ouest, pour offrir des services de plus grande proximité et mieux adaptés aux besoins des producteurs de lait. […]