Ottawa investit 47millions$ au poste frontalier

Ottawa investit 47millions$ au poste frontalier
Le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle est l’un des plus achalandés au Canada.

Ottawa investira 47 millions de dollars pour agrandir et rénover le poste de Saint-Bernard-de-Lacolle, une nouvelle qui reçoit un accueil mitigée dans la région. Si des entreprises de transport ne veulent pas se réjouir trop vite, le maire de Saint-Bernard-de-Lacolle espère que le projet servira de levier de développement économique.

«D’après moi, c’est une grosse joke!  Ils veulent mettre 15 guérites pour les autos.  Il y en a déjà 10, mais il y en toujours 5 ou 6 seulement qui sont ouvertes à la fois», explique Jean-Claude Fortin, président de J.E. Fortin, à Saint-Bernard-de-Lacolle.

Bien que cette entreprise ne se situe qu’à quelques centaines de mètres de la frontière, les camions doivent souvent attendre en file avant de pouvoir rejoindre la douane américaine.   «Le problème, c’est d’aller aux États-Unis, pas en entrant au Canada.  C’est mal configuré du côté canadien.  Ça tombe à deux voies vis-à-vis le duty free et ça empêche les camions de s’engager sur la voie qui leur est réservée pour se rendre à la douane américaine.  En 2006 ou 2007, ils ont refait de nouvelles voies du côté américain, mais ici, on ne s’est pas adapté du côté canadien.  On se retrouve dans un entonnoir », ajoute M. Fortin. 

De plus, il semble que la situation économique difficile de nos voisins du sud aura aussi des impacts sur le fonctionnement de la douane.  «Avec les compressions budgétaires que le gouvernement américain impose, il va y avoir moins d’officiers», note M. Fortin. 

Du côté de la compagnie Normandin Transit de Napierville, on attend d’en savoir plus. 

«Ce ne sont pas de mauvaises nouvelles! 70% de nos entrées et sorties transigent par Lacolle», confie Alain Panneton, directeur général de la compagnie, tout en admettant qu’il ne connaît pas l’ampleur des travaux qui seront effectués, puisqu’aucun détail n’accompagnait l’annonce faite mercredi dernier.

Les entreprises locales contactées par le Journal n’ont pas été consultées quant aux améliorations à apporter  dans le cadre du projet dont l’annonce a été faite à Boucherville.

«Ils auraient dû faire ça ici, avec les gens qui connaissent les problèmes», déplore M.Fortin.  Le maire de Saint-Bernard-de-Lacolle, Robert Duteau, n’a pas non plus été consulté au moment de l’élaboration du projet de modernisation.  «On n’a pas été averti et le préfet ne l’a pas su non plus», soutient-il.

Le président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux, se réjouit pour sa part de cette nouvelle 

«À titre informatif, en 2011, 293 000 véhicules lourds sont entrés au Québec par le poste de Lacolle, ce qui représente tout près de 50 % de tous les camions qui sont entrés au Québec par un des postes douaniers. Compte tenu de l’importance des échanges commerciaux avec le partenaire américain, les mesures annoncées aujourd’hui constituent bien entendu une très bonne nouvelle non seulement pour nos membres, mais également pour l’économie globale du Québec», dit-il.

Modernisation du poste de Lacolle

L’investissement servira à l’agrandissement et à la modernisation du poste frontalier. L’objectif poursuivi est de faciliter le déplacement des personnes et des marchandises et de favoriser le commerce entre les deux pays en accélérant le débit de la circulation, une nouvelle d’importance pour la région, qui aura des impacts tant pour les vacanciers que pour l’industrie du camionnage. 

Selon Mme Karine Martel de Transports Canada, le projet débutera en 2013-2014 et s’échelonnera sur trois ans.  Actuellement, le poste de Lacolle compte huit voies régulières et une voie NEXUS.  Le projet d’agrandissement devrait porter le nombre de voies régulières à treize et une voie NEXUS sera ajoutée.

Sur le plan économique, ce poste frontalier représente une porte d’entrée stratégique pour le Canada.  Selon les données de Transports Canada, ce sont plus de 21 milliards de dollars de marchandises qui y ont transité en 2012 et plus de 780 000 voitures et autocars sont entrés au Canada par ce poste frontalier, ce qui en fait le plus important au Québec.

Pour Saint-Bernard-de-Lacolle, les investissements massifs annoncés sont un levier de développement économique potentiel

«J’espère que ça va être positif.  Ça devrait développer les industries aux alentours, souhaite Robert Duteau, maire de la municipalité.  On a 600 hectares de zone blanche qu’on aimerait voir se développer et ce projet devrait faire connaître le coin.  Des terrains comme ça, il n’y en a pas partout !»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires