Le Parc Safari reçoit 12 millions de Québec pour aider à réaliser son plan de développement

Le Parc Safari reçoit 12 millions de Québec pour aider à réaliser son plan de développement

Annonce officielle de la subvention du gouvernement du Québec au Parc Safari le 10 avril. De gauche à droite: Michel Charbonneau, directeur général du CLD des Jardins-de-Napierville, la ministre du Tourisme Julie Boulet, la vice-présidente de la Fondation des amis du Parc Safari, Nathalie Santerre, le président-propriétaire du Parc Safari, Jean-Pierre Ranger, le député de Huntingdon et ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises, Stéphane Billette, la directrice générale de TGourisme Montérégie, Josée Julien, et le maire de Hemmingford Canton et préfet de la MRC des Jardins-de-Napierville, Paul Viau. (Photo Bureau de Stéphane Billette)

La ministre du Tourisme du Québec, Julie Boulet, et son collègue Stéphane Billette, député de Huntingdon et ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises, ont annoncé le mardi 10 avril une subvention de 12 millions de dollars à la Fondation des amis du Parc Safari pour l’aider à réaliser son plan de développement. Ce projet consiste en un investissement de 24 millions de dollars dans de nouveaux aménagements au Parc Safari.

L’annonce a été faite devant de nombreux maires de la région, des producteurs du terroir et divers intervenants économiques.
Le projet de la Fondation des amis du Parc Safari vise le réaménagement et la construction d’installations zoologiques plus grandes et plus modernes, et l’aménagement de nouvelles infrastructures récréatives. En activité depuis 1972, et en prévision de son 50e anniversaire en 2022, le Parc Safari souhaite accroître jusqu’à 400 000 personnes le nombre annuel de visiteurs, et ouvrir à l’année longue.

Il y aura également des répliques des pyramides d’Égypte, des chutes Victoria, du mont Kilimandjaro entre autres, ainsi qu’un train électrique dans la zone Safari Aventure. Selon le plan, ce sera un véritable cours de géographie et d’histoire en 50 minutes.

Un an de négociations
Accompagnée de Stéphane Billette, la ministre Julie Boulet s’était arrêtée au Parc Safari en juillet dernier pour prendre connaissance des plans de développement élaborés par le président-propriétaire Jean-Pierre Ranger, et son équipe. Ces plans comprennent notamment la rénovation du secteur zoologique avec le réaménagement et l’agrandissement du secteur Safari Aventure, la construction d’un nouvel enclos pour les éléphants et les girafes, la rénovation d’un bâtiment pour en faire un pavillon éducatif, l’amélioration des bassins d’eau pour les enfants, une piscine à vagues qui sera ouverte dès cet été, les espaces pour les jeunes et l’amélioration du système de traitement des eaux usées.
En faisant l’annonce au restaurant L’Explorateur du Parc Safari, la ministre Boulet a déclaré que de nombreux facteurs ont joué en faveur de l’octroi de cette subvention au deuxième plus important parc zoologique au Québec: «L’existence de marchés à fort potentiel comme ceux de l’Ontario et du Nord-Est des États-Unis, qui forment une forte proportion des 20% de visiteurs venant de l’extérieur du Québec, a joué un rôle important dans notre décision. En soutenant des projets porteurs comme celui-ci, le gouvernement du Québec vient confirmer l’importance qu’il accorde au tourisme, un secteur économique fort important pour toutes nos régions.»

«Ce qui sera créé ici sera unique»
Jean-Pierre Ranger

De son côté, le ministre Stéphane Billette a déclaré qu’il avait un attachement particulier envers le Parc Safari. C’est en effet là qu’il a occupé son premier emploi d’été vers la fin des années 1980. Comme le Parc se trouve dans sa circonscription, il a tenu à souligner l’impact économique de sa présence dans la région: «Il est assuré que le projet de développement auquel nous venons d’accorder cette subvention de 12 m$ sera bénéfique pour toute la Montérégie et même pour l’ensemble du Québec. J’en suis très fier. C’est un moment historique, exceptionnel.»
Quant à Jean-Pierre Ranger, il rayonnait de bonheur. Il a déclaré que cette annonce est la réalisation de bien des années de rêve. Il a dit qu’il n’arrêtait jamais de faire des projets afin de rendre le Parc Safari toujours plus beau et toujours plus attrayant. L’homme de 73 ans a dit qu’il avait toujours plein d’idées, ce qu’il trouve très motivant: «Y’a pas d’âge pour l’engagement personnel et pour les rêves. C’est exaltant de réaliser que ce qui sera créé ici sera unique. C’est ce qui me garde jeune. Je peux vous assurer que je n’aurai pas vieilli d’une journée quand je vous accueillerai pour le 50e anniversaire du Parc Safari en juillet 2022.»

Des chiffres impressionnants
Le Parc Safari, situé au confluent de St-Bernard-de-Lacolle et de Hemmingford, a ouvert ses portes le 15 juillet 1972. Il accueille en moyenne entre 240 000 et 300 000 visiteurs par année. Le Parc Safari s’étend sur 100 hectares, mais il reste encore 160 hectares disponibles pour un développement futur.
Parmi l’ensemble des visiteurs, 10% proviennent des États-Unis, 8% de l’Ontario, 1% d’Europe et d’Asie, et le reste du Québec.
Le Parc Safari abrite environ 500 animaux de 68 espèces.

Nouvelle saison
Le Parc Safari va entreprendre sa nouvelle saison le vendredi 18 mai prochain pour les fins de semaine, et le premier juin pour son ouverture quotidienne jusqu’au lundi 1er octobre. Le Parc ouvrira les fins de semaine des 12 au 14, 19 au 21, et 26 au 28 octobre. Il fermera alors pour la saison hivernale.

Poster un Commentaire

avatar