Problème d’eau potable à Saint-Rémi

Problème d’eau potable à Saint-Rémi
Selon la Ville de Saint-Rémi

Santé publique – L’avis d’ébullition qui est en vigueur depuis le 7 février à Saint-Rémi pourrait le demeurer pendant encore plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Selon la Ville, le ministère de l’Environnement pourrait exiger que Saint-Rémi traite désormais son eau au chlore, ce qui n’est pas le cas présentement.

C’est du moins qu’affirme la directrice des communications de la Ville de Saint-Rémi, Cynthia Ménard. «La deuxième vague d’échantillonnage effectuée la dernière semaine de février n’a montré la présence d’aucun coliforme, explique-t-elle. Tous les résultats sont revenus conformes, mais on n’a pas le pouvoir de lever l’avis d’ébullition.»

Un avis d’ébullition de l’eau pendant une minute est imposé à tous les citoyens qui sont desservis par le réseau d’aqueduc municipal, et ce, jusqu’à nouvel ordre. L’avis a été émis le 7 février après que l’analyse d’échantillons d’eau ait montré la présence de coliformes.

Mme Ménard explique que cela tend à démontrer que la source de la contamination du premier échantillon prélevé au début du mois de février provenait vraisemblablement d’une erreur de manipulation ou encore d’une stérilisation déficiente de la bouteille qui contenait l’échantillon analysé.

Du côté du Ministère

Bien que les résultats du dernier échantillonnage semblent montrer l’innocuité de l’eau potable, le ministère de l’Environnement a décidé de maintenir l’avis d’ébullition pour une période indéterminée.

Lorsque l’eau du puits est contaminée, la Ville doit effectuer des analyses d’eau provenant de piézomètres. Ce sont des puits d’observation qui ne sont pas reliés au réseau de distribution et qui servent à surveiller la qualité de l’eau avant de la distribuer.

L’ennui, c’est qu’avec les temps froids que nous avons connus, les analyses effectuées dans les piézomètres n’ont pas permis de valider adéquatement la qualité de l’eau prélevée. «On ne peut pas aller puiser l’eau assez profondément pour que l’échantillon soit conforme», explique Mme Ménard.

La Ville doit rencontrer le Ministère prochainement et a déjà sollicité l’aide du député Alain Therrien.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires